GUYOMAR Roger

Par Jacques Cousin

Né le 11 novembre 1910 à Paris (XIIIe arr.), mort le 21 juillet 1948 à Paris (XIVe arr.) ; instituteur en Mayenne ; militant syndicaliste du SNI.

Roger Guyomar perdit son père alors qu’il était encore enfant. Sa mère était employée dans la manufacture de tabac de Morlaix (Finistère). En 1931, il entra à l’École normale d’instituteurs de Laval (Mayenne) et la quitta avec le brevet supérieur.

Quelques jours avant la célébration de la Fête des mères, en mai 1942, Roger Guyomar, instituteur et chef de la musique de Vaiges, fut sollicité pour accompagner le chant « Maréchal nous voilà » que devait interpréter un groupe de jeunes Vaigeois de la Jeunesse agricole catholique, lors de la cérémonie publique. Son refus lui valut en novembre 1942, d’être dénoncé au préfet comme « saboteur de la Révolution nationale ». Sa révocation fut demandée à l’inspecteur d’Académie. Après enquête, l’affaire se solda par un non-lieu. Elle fut à nouveau évoquée, en janvier 1945, lors d’une réunion du Comité départemental de Libération et aboutit à la mise en accusation du dénonciateur.

La première consultation des adhérents de la section du Syndicat national des instituteurs pour l’élection au conseil syndical se déroula le 8 novembre 1945, après le retour des prisonniers. Guyomar fut élu avec 293 voix sur 426 suffrages exprimés et intégré à la commission corporative. Son mandat fut confirmé lors de la consultation du 16 octobre 1947 par 435 voix sur 442 suffrages exprimés.

Toujours instituteur à Vaiges, Roger Guyomar fut enterré à Morlaix dans le caveau familial, le 26 juillet 1948.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article88045, notice GUYOMAR Roger par Jacques Cousin, version mise en ligne le 15 mai 2010, dernière modification le 9 juillet 2021.

Par Jacques Cousin

SOURCES : Arch. dép. Mayenne, Fonds de la section départementale du SNI-PEGC, La Voix Syndicale. — Archives de l’École normale d’instituteurs de Laval. — Bulletin départemental de l’enseignement primaire, tableau de classement, 1945. — Mairie de Morlaix, cimetière (M. Guéguen).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément