HATCHONDO Jean-Pierre [HATCHONDO Jean, Pierre dit Jean-Pierre]

Par Jacques Girault

Né le 13 novembre 1933 à Lannemezan (Hautes-Pyrénées), mort le 5 novembre 2011 à Tarbes (Hautes-Pyrénées) ; professeur technique adjoint ; militant communiste dans les Hautes-Pyrénées.

Fils d’ouvrier à « L’école fruitière » (fabrication de produits laitiers) et d’une ouvrière, Jean-Pierre Hatchondo reçut les premiers sacrements catholiques. Après avoir obtenu le certificat d’études primaires, il fut reçu au concours d’entrée à l’école d’apprentissage de l’arsenal de Tarbes (Hautes-Pyrénées) en 1948 et devint ouvrier qualifié ajusteur-traceur dans l’établissement. Ayant suivi des cours par correspondance, il devint en 1963 professeur technique adjoint auxiliaire d’ajustage au lycée technique Victor Duruy de Tarbes. Licencié après avoir refusé une mutation, il travailla comme représentant de commerce, puis réintégra l’arsenal. Il entra au bureau de préparation des travaux d’entretien et des travaux neufs où il travailla jusqu’à sa retraite en 1988.

Soutien de famille, Jean-Pierre Hatchondo effectua son service militaire à partir de juin 1954 en Allemagne (tirailleurs marocains) puis à Pau (parachutistes) et fut démobilisé en janvier 1957, après avoir été maintenu sous les drapeaux en Algérie. Il se maria religieusement en janvier 1957 à Tarbes avec une employée dans un commerce de vêtement et de tissus qui devint enseignante (couture) dans l’enseignement technique en 1980. Le couple eut trois enfants qui furent seulement baptisés.

Hatchondo adhérait à la CGT à l’arsenal où il était collecteur du syndicat. Il milita ensuite au Syndicat national de l’enseignement technique et professionnel CGT.

En 1960, il adhéra au Parti communiste français. Secrétaire de la section communiste de Borderes-sur-l’Echez où il habitait depuis 1960, après avoir suivi une école centrale d’un mois du PCF, il entra directement au bureau de la fédération communiste des Hautes-Pyrénées en 1964. À la conférence fédérale de 1965, il ne fut désigné que pour le comité fédéral.

Hatchondo fut élu au second tour conseiller municipal puis premier adjoint au maire communiste de Borderes-sur-l’Echez en 1971 sur une liste « d’union démocratique » présentée par le PCF, qui s’était maintenue au second tour contre l’avis de la fédération communiste. Il démissionna en cours de mandat et ne se représenta pas.

Jean-Pierre Hatchondo quitta le PCF en 1976 mais conserva son abonnement à l’Humanité et à l’Humanité-dimanche qu’il avait toujours en 2009.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article88061, notice HATCHONDO Jean-Pierre [HATCHONDO Jean, Pierre dit Jean-Pierre] par Jacques Girault, version mise en ligne le 16 mai 2010, dernière modification le 7 juillet 2021.

Par Jacques Girault

SOURCES : Archives du comité national du PCF. — Renseignements fournis par l’intéressé.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément