JEAN Raymond, Edgar

Par Alain Dalançon

Né le 13 juin 1902 à Saintes (Charente-Inférieure/Maritime), mort le 2 janvier 1983 à Sainte-Catherine-de-Fiérois (Indre-et-Loire) ; professeur ; militant du SNET puis du SNES dans l’académie de Poitiers.

Son père, Gédéon Jean, était chauffeur, sa mère, née Florentine Pichon, sans profession. Raymond Jean fréquenta l’école primaire supérieure de Nantes (Loire-Atlantique) et obtint le brevet supérieur. Puis élève de l’Institut polytechnique de Nantes, il fut admis à l’École nationale de l’enseignement technique (section A1, promotion 1923-1925). À sa sortie de l’ENET, il épousa, le 16 juillet 1925 à Nantes, Jeanne Maumet, institutrice ; le couple avait quatre enfants en 1929.

Titulaire de la première partie du professorat de l’enseignement technique, Raymond Jean fut nommé professeur adjoint à l’école pratique de commerce et d’industrie de Nantes, puis à celle de Nancy (Meurthe-et-Moselle) en octobre 1926. Un mois plus tard, il partit au service militaire qu’il effectua comme élève officier de réserve. Revenu à la vie civile, il fut nommé professeur adjoint de sciences à l’EPCI d’Agen (Lot-et-Garonne) en 1927. Sous le Front populaire, il militait dans l’amicale laïque à Agen et dans l’œuvre des pupilles de l’école laïque du département. En outre, il consacrait une partie de son temps à s’occuper de la société sportive de l’école pratique.

Mobilisé en septembre 1939 dans un régiment de pionniers, il fut réformé peu après, sans doute en raison de ses charges familiales.

Raymond Jean demanda sa mutation dès 1940 à Poitiers (Vienne) pour rapprochement de famille et pour faciliter les études de ses enfants. Il obtint satisfaction en 1943 après l’intervention du commissaire légionnaire à l’action civique (Légion française des combattants et des volontaires de la Révolution nationale) et commença à enseigner au collège technique de garçons de Poitiers, place de la Cathédrale, à la rentrée scolaire 1943, où il devint professeur certifié en 1952. Il obtint sa mutation en septembre 1961 au lycée technique de Saintes et y termina sa carrière en 1967.

Raymond Jean militait au Syndicat national de l’enseignement technique dans le courant des « autonomes ». En juin 1947, il fut élu membre titulaire du conseil de discipline des collèges techniques pour les professeurs adjoints et les chargés d’enseignement puis membre titulaire de la commission paritaire nationale de ces catégories lors des premières élections professionnelles de 1948. Membre du bureau national en 1949, il resta membre titulaire de la commission administrative nationale quand celle-ci succéda au bureau national élargi en 1951, jusqu’à la fin de l’existence du SNET en 1966 ; il était en outre secrétaire régional de l’académie de Poitiers.

En 1966-1967, Raymond Jean siégea comme titulaire à la CA nationale du nouveau Syndicat national des enseignements de second degré, au titre des membres du SNET et devint co-secrétaire de la section académique (S3) de Poitiers avec André Dufour (Unité et Action) pour l’ancien SNES. La cohabitation entre les deux militants fut très conflictuelle, Jean cherchant à maintenir jusqu’au bout l’autonomie du SNET et s’attirant à cet égard des critiques de la part de militants nationaux autonomes de l’ex-SNES, dont Nicolas Staropoli remplaça Jean comme secrétaire académique adjoint. Ce dernier n’aurait de toute façon pas pu exercer une telle responsabilité puisqu’il dut prendre sa retraite à la rentrée suivante et ne trouva pas de successeur parmi les militants autonomes de l’ex-SNET. Il demanda pourtant à Louis Astre de figurer sur la liste des autonomes aux élections à la CA nationale de mai-juin 1967 en espérant être élu pour quelques mois, afin de contrer l’influence de Dufour, très probable élu de la liste U&A, mais Raymond Jean ne fut pas élu lors de ce scrutin qui entraîna la perte de la direction du syndicat par les autonomes. Dès lors, il ne poursuivit pas son militantisme syndical, ne siégeant plus à la CA du S3, même en tant que retraité.

Séparé de corps en 1963, Jean se remaria le 29 juillet 1969 à La Rochelle (Charente-Maritime), avec une professeure, Jeanine Vollant.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article88065, notice JEAN Raymond, Edgar par Alain Dalançon, version mise en ligne le 16 mai 2010, dernière modification le 29 juin 2021.

Par Alain Dalançon

SOURCES : Arch. Nat., F17/28939. — Arch. IRHSES et fonds Louis Astre. – Bulletins du S3 de Poitiers et témoignages oraux des militants du SNET et du SNES de Poitiers. — Notes de Jacques Girault.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément