HERVY Francis, Albert, Louis, Jean

Par Jacques Girault

Né le 29 octobre 1906 à Évran (Côtes-d’Armor), mort le 19 octobre 1992 à Léhon (Côtes-d’Armor) ; instituteur ; militant syndicaliste (SNI) ; militant socialiste SFIO puis communiste des Côtes-du-Nord- Côtes-d’Armor ; maire de Champs-Géraux.

Francis Hervy
Francis Hervy
photo transmise par Alain Prigent

Fils d’un laboureur, locataire d’une vingtaine d’hectares de bonne terre, d’opinions modérées, Francis Hervy reçut les premiers sacrements catholiques. Après avoir fréquenté le cours complémentaire d’Évran et l’école primaire supérieure de Dinan, il entra à l’École normale d’instituteurs de Saint-Brieuc en 1923. Incorporé dans l’infanterie au Havre (Seine-Maritime) en novembre 1926, après avoir suivi les cours de l’école des officiers de réserve de Saint-Maixent (mai-septembre 1927), il fut affecté comme sous-lieutenant dans un régiment d’infanterie à Worms (Armée du Rhin) jusqu’en avril 1928.

Marié en août 1929 au Havre avec une institutrice, originaire d’Ille-et-Vilaine, fille d’un capitaine au long cours, père d’un garçon, Francis Hervy enseigna avec son épouse aux Champs-Géraux, dans l’école où il avait effectué sa propre scolarité primaire, d’octobre 1929 à septembre 1957. Ils pratiquèrent la mixité scolaire à partir de 1934. Membre du Syndicat national depuis 1928, il fut responsable du syndicat et de la CGT dans le canton d’Évran dans les années 1930. Membre du Parti socialiste SFIO, il organisa dans sa commune l’hébergement des réfugiés républicains espagnols en janvier 1939.

Francis Hervy fut mobilisé comme lieutenant d’infanterie, chef de section motocycliste dans l’Est de la France. Après sa démobilisation, il retrouva son poste et la fonction de secrétaire de la mairie de Champs-Géraux qu’il assurait depuis la création de la commune, le 1er juillet 1934. Il aida la Résistance en rapport avec les communistes (fausses cartes d’identité, cartes de ravitaillement pour les réfractaires, distribution de journaux et de tracts clandestins...).

Après la guerre, en septembre 1944, Hervy adhéra au Parti communiste français. Secrétaire de la cellule de la commune (1945-1957), membre du bureau de la section communiste d’Évran jusqu’en 1957, il était aussi le responsable du syndicat national des instituteurs pour le canton (1950-1957). Comme secrétaire de mairie jusqu’en 1957, il continua son action de création d’une administration communale et d’une structure associative (Comité des fêtes, Amicale laïque, société sportive, société de chasse, etc…).

Francis Hervy enseigna à Dinan d’octobre 1957 à 1961, année de sa retraite. Membre du bureau de la section de Dinan du PCF (1957-1961), il devint maire de Champs-Géraux en mars 1965 et conserva cette responsabilité jusqu’en mars 1983, année où il ne se représenta pas. Toute la modernisation de la commune porta sa marque (groupe scolaire, mairie, lotissements, vicinalité, assainissement, adduction d’eau, aménagement d’un terrain de sport). Il présidait notamment le syndicat d’adduction d’eau du canton d’Évran (1974-1983).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article88107, notice HERVY Francis, Albert, Louis, Jean par Jacques Girault, version mise en ligne le 20 mai 2010, dernière modification le 6 juillet 2021.

Par Jacques Girault

Francis Hervy
Francis Hervy
photo transmise par Alain Prigent

SOURCES : Presse syndicale. — Renseignements fournis par l’intéressé.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément