JARRY Roger, Joseph [Dordogne]

Par Jacques Girault

Né le 4 février 1912 à Montayral (Lot-et-Garonne), mort le 8 mars 1949 à Abidjan (Côte-d’Ivoire) ; professeur ; militant syndicaliste en Dordogne, puis en Afrique occidentale ; militant communiste, conseiller municipal et conseiller général de Périgueux (Dordogne).

Roger Jarry
Roger Jarry

Fils d’un mécanicien-électricien, devenu gérant d’un garage Renault à Villeneuve-sur-Lot de 1935 à 1945, Roger Jarry reçut les sacrements catholiques. Elève du collège de Villeneuve-sur-Lot, il obtint le baccalauréat en 1930 et fut élève en première supérieure à Bordeaux d’octobre 1930 à 1932. Maître d’internat aux lycées de Mont-de-Marsan (Landes) en octobre-décembre 1932, de Périgueux (Dordogne) de décembre 1932 à février 1934, au collège de Bergerac (Dordogne) de février 1934 à décembre 1935, puis au lycée Montaigne de Bordeaux en janvier à novembre 1936, il obtint une licence ès lettres (certificats d’études latines en 1932, grecques en 1932, de littérature française en 1936, de grammaire et philologie en 1939) à la faculté des lettres de Bordeaux. Répétiteur au collège de Sarlat en novembre 1936, puis au collège de Cognac (Charente) en novembre 1937, il fut nommé en novembre 1938 répétiteur, puis en décembre 1939, professeur adjoint chargé notamment d’un enseignement de grammaire et de philosophie au lycée de garçons de Périgueux.

Convoqué pour le service militaire en octobre 1937 à Périgueux, il fut réformé temporaire le mois suivant, puis réformé définitif en novembre 1939.

Délégué rectoral pour enseigner les lettres à Périgueux, résistant, Jarry adhéra à la section départementale du Front national universitaire et au Parti communiste. En mai 1945, il fut élu conseiller municipal et conseiller général de Périgueux. Il devint secrétaire-adjoint de l’Union départementale CGT.

Nommé professeur, à titre provisoire, de lettres et de grammaire au lycée de Périgueux en octobre 1944, Roger Jarry fut nommé au collège de garçons de Saintes (Charente-Maritime) en octobre 1945, mais ne fut pas installé. Il avait refusé ce poste car il ne pouvait trouver de logement et fut maintenu en poste à Périgueux, comme adjoint d’enseignement. Il posa sa candidature pour obtenir un poste en Afrique occidentale française au début de 1946.

En octobre 1946, il devint professeur-adjoint au collège de Dakar puis, en octobre 1948, au nouveau lycée d’Abidjan. Il s’occupait du Syndicat national de l’enseignement secondaire et conseillait l’association des parents d’élèves. Il participa à la vie politique locale mais ne s’affichait pas au grand jour en raison du régime colonial. Il fut proche d’Houphouët-Boigny et du docteur Denise.

Roger Jarry s’était marié religieusement en septembre 1935 à Bordeaux avec la fille d’un cultivateur décédé pendant la Première Guerre mondiale. Elle était pupille de la Nation. Le couple eut trois enfants.

Ses obsèques furent civiles. Sa veuve devint aide-soignante dans un hôpital pour enfants de Nice à partir de 1950.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article88108, notice JARRY Roger, Joseph [Dordogne] par Jacques Girault, version mise en ligne le 21 mai 2010, dernière modification le 29 juin 2021.

Par Jacques Girault

Roger Jarry
Roger Jarry

SOURCES : Arch. Nat., F17 27457. — Arch. Com. Périgueux (Jean-Louis Glénisson). — Mairie de Montayral (Annick Oliveira).— Renseignements fournis par Monique Verneuil, fille de l’intéressé. — Jean-Jacques Gillot, Les communistes en Périgord 1917-1958, Périgueux, Pilote 24 éditions, 2007. — Presse syndicale. — Renseignements fournis par la famille de l’intéressé.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément