JACQUESSON Daniel, Georges

Par Jacques Girault

Né le 24 juillet 1931 à Fère-Champenoise (Marne), mort le 31 août 1986 à Crugny (Marne) ; instituteur ; militant syndicaliste ; militant communiste dans la Marne.

Fils d’un mécanicien devenu chef-cantonnier aux Ponts et Chaussées, et d’une institutrice, Daniel Jacquesson entra à l’École normale d’instituteurs de Châlons-sur-Marne. Titulaire du baccalauréat, il fut nommé instituteur à l’école de Champigny-sur-Vesle en 1952, puis obtint un poste à l’école de garçons de la rue Anquetil à Reims. Il effectua son service militaire de décembre 1952 à 1954.

Membre du Syndicat national des instituteurs depuis octobre 1949, Jacquesson entra au conseil syndical de la section départementale du SNI en octobre 1951 après avoir été le responsable des jeunes de la FEN-CGT, d’octobre 1950 à juin 1951 dans la Marne.

Jacquesson se maria en mai 1954 à Champigny-sur-Vesle avec Marie-Paulette, dite Marie-Paule Lallement, née le 27 septembre 1931 à Dizy-Magenta (Marne), fille d’un marinier, élève de l’École normale d’institutrices de Châlons-sur-Marne. Devenue institutrice, membre du PCF depuis 1951, elle faisait partie du comité fédéral depuis 1954 et participa au stage central pour les instituteurs communistes en 1953.

Jacquesson adhéra à l’Union de la jeunesse républicaine de France à Châlons-sur-Marne et pendant peu de temps le secrétaire fédéral provisoire de l’organisation. Il adhéra en octobre 1950 au PCF à Châlons-sur-Marne et devint membre du comité de la section communiste. Muté à Reims, il fit aussitôt partie du comité de la section communiste et entra directement au bureau de la fédération communiste en décembre 1951. Proposé pour suivre une école centrale d’un mois du PCF, il n’accepta pas car il encadrait une colonie de vacances en Haute-Savoie pendant l’été 1952. Il suivit néanmoins l’école centrale organisée pour les instituteurs communistes en septembre 1952. Après sa démobilisation en 1954, il réintégra le bureau fédéral et fut chargé de la diffusion de L’École et la Nation.

Jacquesson ne fut pas réélu au comité fédéral en 1956 car il travaillait au Conseil mondial de la paix à Vienne comme collaborateur politique, depuis septembre 1955, sur décision du secrétariat du PCF du 20 mai 1955. Il était parti avec son épouse institutrice. Ils revinrent en 1957. Le PCF refusa de le réintégrer.

Lors du congrès national du SNI, Jacquesson, le 7 juillet 1961, défendit, dans la dernière séance consacrée au vote des résolutions, la motion déposée par douze sections départementales « ex-cégétistes », dont la Marne. Candidat au bureau national du SNI, il fut placé par le conseil national, le 22 décembre 1961, dans laquelle il fut assesseur, en 13 eme position sur la liste « Le prestige du SNI dépend d’une orientation correcte et ferme et de la vraie démocratie syndicale ». Délégué à la réunion du conseil national du SNI, il intervint, le 23 décembre 1962, sur des questions corporatives.

Par la suite, le couple milita dans de nombreuses associations affiliées à la Fédération des œuvres laïques dont Daniel Jacquesson fut un des dirigeants départementaux.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article88109, notice JACQUESSON Daniel, Georges par Jacques Girault, version mise en ligne le 21 mai 2010, dernière modification le 3 mars 2011.

Par Jacques Girault

SOURCES : Archives du comité national du PCF. — Presse syndicale. — Sources orales.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément