HIRSCH André, Alexandre

Par Jacques Girault

Né le 18 janvier 1900 à Luxeuil-les-Bains (Haute-Saône), mort le 30 juillet 1986 à Guilherand (Ardèche) ; professeur ; militant syndicaliste dans la Drôme.

Fils de négociants, André Hirsch, après avoir obtenu le baccalauréat en 1918, obtint une licence d’anglais à la faculté des lettres de Nancy en 1922. Son mémoire de diplôme d’études supérieures sur les Saisons de James Thomson et leur influence sur la poésie en France obtint le prix littéraire de l’Université de Glasgow en 1924, ce qui lui permit de faire de fréquents séjours en Écosse. Il fut nommé professeur délégué d’anglais au collège de Sedan (Ardennes) en 1923. Il enseigna les lettres et l’anglais au collège de Lunéville (Meurthe-et-Moselle) à partir de 1926 où il fut titularisé en 1928. Il habitait alors Pont-à-Mousson.

Il s’était engagé pour trois ans en 1920 et termina son temps comme sous-lieutenant de réserve. Il se maria en août 1928 à Mulhouse (Haut-Rhin). Le couple eut trois enfants.

André Hirsch enseigna comme professeur à la Grammar School d’Eastbourne dans le Sussex en 1931-1932, revint à Lunéville avant d’être nommé professeur d’anglais au lycée Poincaré à Nancy en octobre 1938. Il enseignait aussi à l’institut commercial de la ville.

Mobilisé comme capitaine sur la ligne Maginot à Rohrbach (Moselle), fait prisonnier en juin 1940, il s’évada du camp de Sarrebourg à la fin d’août 1940. Il demanda une nomination exceptionnelle en zone libre pour l’année scolaire 1940-1941. Mais il fut mis à la retraite à partir d’octobre 1940, à la suite d’un arrêté du 29 janvier 1941 en application de la loi sur le statut des juifs. Cet arrêté fut rapporté, le 29 septembre 1941 pour qu’il puisse « occuper à titre provisoire un poste d’allemand dans l’académie de Lyon ». Il eut des difficultés à constituer son dossier et parvint à montrer que seul un de ses grands-parents était juif et que ses parents s’étaient mariés à l’église catholique. Pendant ce temps, privé de toutes ressources, sa situation demeurait incertaine. Sa femme, juive, et ses enfants restaient à Nancy. Finalement, il fut nommé professeur au lycée Emile Loubet de Valence (Drôme) en octobre 1941. Sa famille put le rejoindre.

Il demanda à retourner à Nancy en janvier 1945 et finalement réussit à être maintenu au lycée de Valence où il enseigna jusqu’à sa retraite en 1964, donnant des cours gracieux aux officiers de la garnison dans les années 1950. Il habitait Tain l’Hermitage.

Hirsch, militant syndical avant la guerre, adhéra à la Libération au Syndicat national de l’enseignement secondaire, et devint secrétaire de la section de la Drôme de la Fédération de l’Éducation nationale en 1953. Il participait régulièrement aux congrès nationaux de la FEN.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article88134, notice HIRSCH André, Alexandre par Jacques Girault, version mise en ligne le 23 mai 2010, dernière modification le 20 novembre 2021.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. Nat., F17/ 28315. — L’Enseignement public.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément