HONORÉ Pierre, Émile, Henri, Félix

Par Guy Putfin

Né le 20 juin 1908 à Paris (IXe arr.), mort le 13 janvier 1996 à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne) ; sculpteur et professeur à l’École des Beaux-arts de Dijon (Côte-d’Or) ; secrétaire général du Syndicat national de l’enseignement artistique affilié à la Fédération de l’Éducation nationale.

Fils d’un publiciste, Pierre Honoré, qui habitait rue de Rocroy à Paris (Xe arr.), entra à l’École supérieure des Beaux-arts de Paris. Il remporta le 1er grand prix de Rome de sculpture en 1928. Il séjourna à Rome, à la villa Médicis. Il obtint une bourse pour la Casa Velasquez à Madrid où il fit partie de la 8e promotion artistique en 1935-1936. Il y rencontra sa femme, Suzanne Duvergé, diplômée de l’école des Chartes et pensionnaire de la promotion 1934-1935. Ils se marièrent en juillet 1936 à La Teste-de-Buch-Cap-Ferret (Gironde) et eurent trois fils.

Honoré fit son service militaire à Constantine en 1932-1933. Mobilisé en août 1939, fait prisonnier en juin 1940, il fut libéré en 1942.

Il fut nommé professeur de sculpture et de dessin à l’école des Beaux-arts de Dijon, où il enseigna jusqu’à sa retraite en 1974.

En 1947, Honoré remit sur pied le Syndicat de l’enseignement des Beaux-arts et des Arts appliqués, qui avait été créé en 1928, à partir d’une association, et qui avait cessé toute activité pendant la guerre. Une fusion avec le Syndicat national de l’enseignement supérieur des Beaux-arts n’aboutit pas. Il devint dès 1947, secrétaire général (président) du Syndicat de l’enseignement des Beaux-arts et Arts appliqués. En liaison avec quatre professeurs de conservatoires de musique, Lespes de Lyon, Boulnois de Clermont Ferrand, Brille de Dijon et Simondet de Bordeaux, le syndicat s’ouvrit aux professeurs des conservatoires de musique et devint le Syndicat national de l’enseignement artistique (SNEA), avec deux sections indépendantes : Beaux-arts et arts appliqués, sous la direction de Pierre Honoré, et Conservatoires de musique, sous la direction de Lespes, puis d’Albert Ehrmann.

Honoré resta secrétaire général (président) du syndicat et cessa de l’être entre 1966 et 1968. Camille Hirtz, peintre, professeur à l’École des arts décoratifs de Strasbourg lui succéda, et Honoré devint président d’honneur du syndicat.

Parmi ses œuvres, le monument commémoratif du camp de Neuengamme fut inauguré, le 13 novembre 1949, au cimetière du Père Lachaise.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article88143, notice HONORÉ Pierre, Émile, Henri, Félix par Guy Putfin, version mise en ligne le 24 mai 2010, dernière modification le 7 septembre 2010.

Par Guy Putfin

SOURCES : L’Enseignement public, syndicalisme et culture, document du SNEA sur son histoire. — Site Internet du Moulin de Connelles qui comprend une sculpture de Pierre Honoré et de la Casa Velasquez.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément