GUILLO Louis, Marcel, Joseph, Marie

Par François Prigent

Né le 9 février 1923 à Vannes (Morbihan), mort le 18 juin 1968 à Paris (XVe arr.) ; contrôleur à l’URSSAF puis cadre à la Sécurité Sociale ; militant socialiste SFIO et syndicaliste CGT puis FO, secrétaire général adjoint de FO dans le Morbihan (1948-1968), dirigeant fédéral de la SFIO du Morbihan (1950-1968) ; administrateur de la CAF (1945-1947).

Contrôleur à l’URSSAF, Louis Guillo grandit dans une famille laïque et socialiste de Vannes. Employé à la sous intendance, son père, Louis Marie Guillo, était né le 29 mars 1890 et mort en février 1963 selon la notice nécrologique du Rappel du Morbihan. Sa mère, Marceline Philippe, était ménagère.

Militant SFIO et CGT (tendance confédérée) dès les années 1930, Louis Guillo était devenu à la Libération contrôleur à la Sécurité sociale. Cheville ouvrière de ces réseaux militants, Louis Guillo figurait parmi les fondateurs du syndicalisme FO dans le Morbihan, en compagnie notamment d’Armand Henry de Lanester (Arsenal) et de Henry Le Clec’h* de Vannes (Trésor). Il avait notamment représenté le Morbihan au congrès fondateur de FO à Paris les 18-19 décembre 1947, avant d’impulser les débats lors du congrès constitutif de Lorient le 22 février 1948. Ainsi, le bureau de l’UD-FO était composé de Marc Caudan (secrétaire général), Jules Gombeau* et Louis Guillo (secrétaires généraux adjoints), Suzanne Laboureau* (trésorière) et Marcelle Pasco* (trésorière adjointe) et Jean Quentel (archiviste). L’UD comptait 3 973 membres dans le Morbihan (dont 725 à l’UL de Vannes) lors de sa mise en route au printemps 1948.

Proche de Jean Daniel, syndicaliste enseignant qui avait siégé au CDL au titre de la SFIO, Louis Guillo était très actif dans le milieu socialiste vannetais. Lors de la reconstruction des instances fédérales en novembre 1944, il était trésorier fédéral adjoint épaulant le secrétaire fédéral Julien Le Gunéhec* avec Beauvais, Paul Le Marhadour (contrôleur PTT de Vannes) et Jean Baco*, socialiste de la première heure de Lorient.

Dirigeant fédéral de la SFIO et secrétaire général adjoint de FO, il fut par ailleurs administrateur de la CAF dès 1945. Responsable régional FO des syndicats des organismes sociaux et de la Fédération des employés et des cadres, Louis Guillo participait régulièrement aux réunions nationales de FO.

Militant socialiste très écouté de la section de Lanester qu’il avait rejoint dès les années 1950, il fut très présent dans les conflits sociaux du pays lorientais jusqu’à son décès en juin 1968. Dans le paysage syndical lorientais, il côtoyait ainsi Marcel Piriou* et René Février (CGT) et André Laurent* (CFTC puis CFDT).

En novembre 1957, il contribua au choix d’Henry Le Clech comme secrétaire général de l’UD-FO, en remplacement de Marc Caudan, exclu de l’organisation dans des circonstances agitées. Localement, le réseau FO était composé essentiellement de militants socialistes, parmi lesquels Armand Henry, Denis Guéguen, Alexis Jaffrézic*, Joseph Sallic*, Michel Burel, Robert Pichodo*, Bigoin, Émile Le Gargasson*, Michel Gayola, Roger Checco, Léon Le Gal*, Léon Audran, François Cridou* ou Marcel Collobert*.

Responsable de premier plan au sein de la SFIO, ses prises de positions témoignaient souvent de son virulent anticommunisme, attisé par la force de la contre-société communiste à Lanester, symbolisé par les réseaux du maire depuis 1953, Jean Maurice* (conseiller général PC entre 1967 et 1998). Dans ce domaine notamment, la proximité politique de Louis Guillo et de Jean Le Coutaller* (député-maire de Lorient, secrétaire fédéral de la SFIO) était très nette.

Louis Guillo fut terrassé par une crise cardiaque dans le train en juin 1968, alors qu’il se rendait à une réunion à Paris pour le compte de FO au niveau régional en plein mouvement social.

Il s’était marié à Lanester le 5 septembre 1953 avec Yvonne Horel.

Les locaux de FO à Lorient portent son nom.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article88166, notice GUILLO Louis, Marcel, Joseph, Marie par François Prigent, version mise en ligne le 26 mai 2010, dernière modification le 17 août 2010.

Par François Prigent

SOURCES : Arch. Dép. Morbihan. — Arch. de l’OURS, dossiers Morbihan. — Arch. fédérales du PS du Morbihan. — Arch. de l’UD-FO du Morbihan. — Arch. privées Jean Le Coutaller. — Arch. privées Émile Le Gargasson. — Le Rappel du Morbihan (1947-1968). — Ouest France. — François Prigent (dir.), « Figures militantes et réseaux socialistes dans le Morbihan au 20e siècle », dossier spécial, in Recherche Socialiste, n° 42, mars 2008. — Entretiens avec Émile Le Gargasson, Marcel Collobert, Roger Checco et Jean Thirland. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément