JOSSE François

Par François Prigent

Né le 6 août 1899 à Concoret (Morbihan) et décédé le 16 novembre 1987 à Ploërmel (Morbihan) ; commis de ferme puis cantonnier ; maire socialiste de Brignac (1946-1979) ; militant laïque ; militant CGT puis FO après 1948 ; militant SFIO puis socialiste indépendant à partir du milieu des années 60.

François Josse était issu d’une famille de 5 enfants très pauvre de Concoret dans le Nord-Ouest du Morbihan. Sa mère Marie-Sainte Aubry, lavandière, lavait le linge des riches familles catholiques, tandis que son père Louis Josse, ouvrier agricole, allait de ferme en ferme vendre sa force de travail. Ressentant les rapports de domination sociale, exacerbés au début du XXe siècle dans ces espaces ruraux défavorisés, ses parents l’envoyèrent dans l’école publique de Concoret, influencés par une branche laïque militante de la famille (Priou, instituteur à Ploërmel).

Commis de ferme à douze ans chez le maire conservateur de Concoret, il prit part à la Grande Guerre en Syrie. Il se maria avec Eugénie Luzeau en novembre 1924, avant de suivre des cours du soir, aidé par son ancien instituteur (Jappé) pour passer les concours de la fonction publique. Reçu en 1928, il fit toute sa carrière comme cantonnier à Brignac.

Mobilisé à Vannes, il fut de retour à Brignac dès l’été 1940. Désigné du fait de sa profession pour déblayer les cadavres et les dégâts causés par les bombardements à Ploërmel en 1943, il participa à son niveau à la résistance. En contact avec les réseaux de renseignements britanniques, il contribua avec le responsable local de la Résistance (le facteur Boué) à récupérer et à remettre sur pied un pigeon voyageur porteur d’un message à la BBC (« Le Lion et L’Hermine »).

Conseiller municipal en 1944 dans l’équipe du radical Jumel, déjà maire en 1937, il était très proche de Maurice Duclos* (garagiste, maire SFIO de Mauron, candidat aux législatives en 1945) dans un secteur d’implantation forte du PC. En 1946, François Josse devint maire lors d’une élection partielle suite à la démission pour raison de santé de Jumel. Adhérent à la SFIO depuis la Libération, il était aussi actif dans les réseaux CGT, où il était entré sous l’influence du chef cantonnier Demay. Après 1948, il passa à FO sans jamais prendre de responsabilités syndicales importantes.

En 1953, il était assisté de plusieurs élus SFIO à la mairie : Constant Moriot (boucher, beau père de sa fille Monique Moriot qui fut secrétaire de mairie à Brignac durant 45 ans), Edouard Bazin (cultivateur), Joseph Brandelo (cultivateur), Jérôme Haguet (cultivateur), Eugène Jumel (cultivateur, fils de l’ancien maire) et Paul Lambert (cultivateur). Militants laïques fédérés dans l’amicale laïque et la défense de l’école publique par François Josse, ils appartenaient à la génération SFIO Le Coutaller, qui prit ses distances avec le milieu partisan socialiste dès la fin des années 50.
Autour de François Josse, on retrouvait aussi un petit réseau de cantonnier SFIO dans le secteur de Mauron, dont Pierre Leray* (maire d’Evriquet en 1953), Joseph Chollet (conseiller municipal de Saint-Léry) et Eugène Coude (conseiller municipal de Tréhorenteuc).
En revanche, François Josse ne fut jamais candidat aux cantonales, jugeant qu’il était trop pris par son travail et surtout pas suffisamment instruit. Son action militante à la SFIO fut assez réduite en dehors des différentes campagnes électorales. A partir des années 60, il ne figurait d’ailleurs plus dans les relais socialistes de l’équipe de Yves Guélard* (secrétaire fédéral de la SFIO puis du PS entre 1960 et 1975).

Homme simple bénéficiant de relais personnels à la Préfecture, son action municipale se concentra notamment à l’édification de routes (mobilisant les prisonniers allemands à la Libération), l’électrification de la commune et la valorisation de l’école. En 1969, il entama le remembrement en collaboration avec Pierre Leray* dans la commune voisine d’Evriquet.

En 1979, il passa la main à un autre républicain de gauche Eugène Jan, auquel succéda le divers gauche Jean-Pol Gaudaire depuis 1995.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article88169, notice JOSSE François par François Prigent, version mise en ligne le 4 juillet 2010, dernière modification le 4 juillet 2010.

Par François Prigent

SOURCES : Arch. Dép. du Morbihan. — Arch. de l’OURS, dossiers Morbihan. — Arch. Fédérales du PS du Morbihan. — Arch. Privées Monique Moriot. — Le Rappel du Morbihan, 1947-1979. — Mairie de Brignac. — Entretiens avec Guy Jouhier (président du groupe PS au Conseil Général en Ille-et-Vilaine, élu depuis 1998, originaire de Brignac) et Monique Moriot, Jeannie Sculo et Lucienne Daubaire (filles de François Josse). — Christophe Rivière « Les maires du Morbihan (1929-1953), in Les Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, n° 2, tome 113, juin 2006 ». — François Prigent (dir), « Figures militantes et réseaux socialistes dans le Morbihan au 20e siècle », dossier spécial, in Recherche Socialiste, n° 42, mars 2008.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément