HUMBERT Blaise, Maurice, Jean-Baptiste

Par Jacques Girault

Né le 23 novembre 1933 à Paris (XIVe arr.), mort le 16 septembre 2013 à Montpellier (Hérault) ; professeur ; militant syndicaliste du SNES et de la FEN ; militant communiste.

Ses parents (père, officier dans l’Infanterie coloniale) divorcèrent en 1934. Blaise Humbert fut élevé par sa mère qui se retira chez ses parents (grand-père, ingénieur aux Glaceries de Saint-Gobain, de tempérament anarcho-syndicaliste, proche de la Gauche révolutionnaire du Parti socialiste SFIO). Marqué par son directeur d’école primaire, communiste et résistant, élève d’hypokhâgne et de khâgne au lycée Lakanal à Sceaux (Seine), influencé par son professeur d’histoire Jean Bruhat*, il adhéra au Parti communiste français en 1953.

Professeur certifié de philosophie (1959), admissible à l’agrégation de philosophie (1960), Blaise Humbert effectua son service militaire en Algérie (1961-1962). Il fut nommé professeur au lycée de jeunes filles Aristide Briand à Gap (Hautes-Alpes) en 1963.

Secrétaire de la section (S1) du lycée du Syndicat national de l’enseignement secondaire, il devint secrétaire de la section départementale de la Fédération de l’éducation nationale des Hautes-Alpes.

« Déçu par la prudence et la frilosité du Parti » en mai 1968, selon son témoignage, il le fit savoir. Lors de la réunion du comité de la fédération communiste, le 13 juillet 1968, son attitude fut contestée. Il démissionna du PCF le lendemain en s’abstenant de toute déclaration publique hostile. Il militait alors dans les organisations laïques (ciné-club de la Fédération des œuvres laïques, conférences au Centre civique et culturel) et chantait dans des chorales (« L’Alpe qui chante » et la chorale d’Etienne Morel).

Nommé à Marseille en 1970 au lycée du Rempart puis en 1977 au lycée Victor Hugo, militant du SNES et de la Ligue communiste révolutionnaire, Blaise Humbert fut muté au lycée J-B Dumas d’Alès (Gard), y enseigna de 1990 à sa retraite en 1996. Il renoua avec le PCF et adhéra à la Fédération nationale des anciens combattant d’Algérie.

il était membre de la section communiste d’Uzès en 2010. Il écrivait « J’attends la renaissance [du] Parti, l’espoir chevillé au corps… sans l’espérance, on n’atteindrait jamais l’inespéré ».

Blaise Humbert se maria en juillet 1957 à Paris (XXe arr.). Divorcé, il se remaria en décembre 1973 à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) puis divorça. Il se remaria en février 1983 à Gardanne (Bouches-du-Rhône) et divorça en 2007. Il était père de cinq enfants.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article88182, notice HUMBERT Blaise, Maurice, Jean-Baptiste par Jacques Girault, version mise en ligne le 30 mai 2010, dernière modification le 4 juillet 2021.

Par Jacques Girault

SOURCES : Archives du comité national du PCF. — Sources orales. — Renseignements fournis par l’intéressé.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément