GUILLOT Roger

Par Lassagne Jean-François

Né le 1er novembre 1943 à Tintrux (Vosges), mort le 30 mai 1989 à Hargarten-aux-Mines (Moselle) ; électromécanicien ; militant de la CGT ; secrétaire des syndicats UGILOR, puis NORSOLOR et ORKEM à Carling (Moselle) ; délégué syndical ; militant communiste, membre du comité fédéral de Moselle ; candidat aux élections municipales à Saint-Avold (Moselle) en 1971 ; candidat suppléant aux élections législatives de 1973. 

Photo de 1985
Photo de 1985
Collection de Richard Szynkolewski (syndicat CGT)

Roger Guillot naquit dans les Vosges à Tintrux. Originaire du Maine-et-Loire, son père Louis fut garçon de ferme, puis travailla dans un abattoir. Il épousa Marthe Vauchamp, native de Tintrux et le couple eut neuf enfants. Militant de la CGT et communiste, Louis Guillot fut arrêté puis déporté à Auschwitz ; libéré, il retourna à Tintrux et y resta jusqu’en 1959, puis décida de s’installer avec sa famille à Saint Avold (Moselle), après avoir été embauché à l’usine chimique d’UGILOR à Carling (Moselle). Il décéda en 1966.

Après avoir suivi l’école primaire à Tintrux, et avec le CEP en poche, Roger partit travailler à la quincaillerie Benoit Frachon à Saint-Dié dans les Vosges. À l’arrivée de la famille à Saint-Avold en 1959, il entra apprenti électromécanicien aux Houillères du Bassin de Lorraine, jusqu’à son départ en 1962 au service militaire, qu’il effectua pendant seize mois à Mutzig en Alsace. À son retour, il épousa en 1964 France Bielinski qui était née à Morhange (Moselle) le 12 mars 1945. Ils eurent trois enfants ; lorsque France, qui était bilingue français-allemand, cessa de travailler, elle poursuivit son activité de militante associative, et fut membre de l’Union Fraternelle des Travailleurs des Industries Chimiques (UFTIC), mise en place par la CGT et notamment Roger Guillot.

Après le service militaire Roger travailla à la Compagnie Générale d’Entreprises Electriques (CGEE) pendant six mois, avant d’intégrer UGILOR en novembre 1965. Il était alors militant communiste, d’abord à Creutzwald (Moselle) où il habita dans un premier temps. C’est là, dans son logement qu’il tirait les tracts la nuit à la ronéo, les voisins trouvant alors la machine à laver très bruyante ! La famille déménagea par la suite au Parc du Tyrol à Saint-Avold. Roger Guillot fut le principal artisan de la création de la CGT dans l’entreprise UGILOR de la plateforme chimique de Carling. Le syndicat fut créé en décembre 1967 à Saint-Avold au café Clemens, un communiste qui vendit par la suite son établissement au comité d’entreprise de NORSOLOR pour en faire le siège de l’UFTIC, puis plus tard le siège du CIE (Comité Inter Entreprise). Roger Guillot fut délégué syndical, secrétaire du syndicat, et membre du Comité d’Entreprise avec Paul Courtois. Le syndicat avait une activité revendicative très développée, et si l’entreprise connut une moyenne annuelle de trois semaines de grèves, le statut des travailleurs y était d’un niveau peu commun. Quand UGILOR devint filiale à cent pour cent de CDF Chimie en 1974, et prit le nom de NORSOLOR en 1977, Roger Guillot demeura à la direction du nouveau syndicat. Puis, lorsqu’en 1988 NORSOLOR et CDF Chimie fusionnèrent au sein de la nouvelle entité ORKEM, la plateforme chimique de Carling-Saint Avold fut alors gérée par ce seul opérateur, et Roger devint le premier secrétaire général du syndicat ORKEM. Auparavant il avait initié la création de l’UFTIC, dont les activités sociales ne cessèrent de se développer par la suite.

Militant communiste, il mit en place et anima la cellule de la plateforme chimique, et fut candidat aux élections municipales de Saint-Avold en 1971 sur une liste communiste. Candidat suppléant aux élections législatives de 1973 avec Marcel Zieder*, il était membre du comité fédéral de Moselle. Son frère ainé René, chef de poste à la fabrication sur la plateforme était également un militant de la CGT et du Parti communiste.

Les premiers symptômes de sa maladie apparurent en mars 1988, au siège de CDF Chimie à la Défense, lors d’une réunion consacrée aux statuts, dans la perspective de la fusion de CDF et de NORSOLOR. De plus en plus handicapé, il décéda à Hargarten-aux-Mines le 30 mai 1989.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article88194, notice GUILLOT Roger par Lassagne Jean-François , version mise en ligne le 1er juin 2010, dernière modification le 15 janvier 2022.

Par Lassagne Jean-François

Photo de 1985
Photo de 1985
Collection de Richard Szynkolewski (syndicat CGT)

SOURCES : Entretiens avec les dirigeants de la CGT de la plateforme chimique en 2009. Entretien avec France Guillot et Roger Casanova le 15 décembre 2009.

ICONOGRAPHIE : photo de 1984 ou 1985, collection de Richard Szynkolewski (syndicat cgt).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément