HELLER Jules [HELLER Henri, Jules]

Par Jacques Girault

Né le 4 juillet 1888 à Paris (XIVe arr.), mort le 25 décembre 1964 à Suilly-la-Tour (Nièvre) ; professeur puis inspecteur général ; militant syndical et laïque.

Jules Heller
Jules Heller
Cliché fourni par la famille

Fils d’une cannière du Faubourg Saint-Antoine décédée peu après, Jules Heller, élevé dans une famille d’accueil de la Nièvre, fut boursier à l’école primaire supérieure de Cosne (Nièvre). Titulaire du baccalauréat « philosophie » dans l’académie de Dijon (1907), il travailla comme répétiteur au collège d’Arnay-le-Duc (Côte-d’Or) de 1907 à 1910 puis comme surveillant d’internat à Lyon (Rhône) en 1910-1911. Il obtint une licence d’anglais (1911) et un diplôme d’études supérieures (1912) à la faculté des lettres de Lyon, tout en étant lecteur de français à l’Université d’Edimbourg en 1911-1913. Exempté du service militaire, il fut professeur délégué au collège de Privas (Ardèche) en 1914-1916, puis mobilisé dans les services auxiliaires (mars 1917- juillet 1918). Chargé de cours d’anglais au lycée de Valence (Drôme) en 1919, il fut reçu à l’agrégation en 1921. Il eut une grande activité dans ce lycée et en présidait l’amicale en 1925. Il publia un manuel en 1919, L’Anglais des affaires, méthode de traduction d’Anglais commercial.

Il se maria en janvier 1915. Le couple eut deux garçons.

Jules Heller faisait partie du comité local des parents d’élèves de Valence. Il commençait à travailler pour une thèse tout en postulant pour l’inspection académique. Militant dans les rangs du Parti radical-socialiste, il fut élu conseiller municipal de Valence en 1929.

Jules Heller fut nommé inspecteur d’académie à Mende (Lozère) en 1930. Sa famille s’installa dans le département l’année suivante mais ne s’acclimata pas selon sa demande de mutation. Il l’obtint pour la Marne en 1934 puis pour l’Yonne en 1940 où il ne resta que quelques mois, avant sa réinstallation dans la Marne. Replié dans le Tarn au début de la guerre, il se signala par une attitude courageuse au moment de l’exode comme membre de la commission municipale. En février 1941, Irénée Dlévaque, professeur au collège de Châlons-sur-Marne ayant été révoqué, des élèves du collège rédigèrent une pétition de soutien. Heller la transmit. Carcopino, agissant en tant que recteur, lui fit une très vive remontrance et blâma cette attitude. Plutôt que d’être sanctionné, le 13 mai 1941, il demanda sa mise à la retraite.

Il fut membre de la délégation municipale de Châlons-sur-Marne mise en place à la Libération ainsi que président d’honneur du Front national universitaire. Réintégré le 29 août 1944 par le Commissaire de la République, il assura, jusqu’au 15 octobre 1944, l’intérim du nouveau préfet qui tardait à arriver en Champagne.

Jules Heller devint par la suite inspecteur général des écoles primaires élémentaires en 1952. Il prit sa retraite en 1955 comme inspecteur général de l’Instruction publique relevant de la direction de l’enseignement du premier degré.

Il manifestait un fort militantisme comme secrétaire général du syndicat des inspecteurs d’Académie affilié à la Fédération de l’Éducation nationale, de sa création en 1946 à 1948. Cette responsabilité se complétait d’un investissement dans les actions de défense de l’école laïque et dans les œuvres laïques (pupilles, foyer d’Avize, colonies de vacances). En juillet 1949, il participa au congrès de la Ligue de l’enseignement à Lyon et en 1951, il fut présent aux congrès de la Ligue de l’enseignement à Alger et de la Mutuelle générale de l’Éducation nationale qu’il avait contribué à créer dans la Marne.

Après la mort de son épouse en 1949, il se retira près du village de son enfance, Suilly-la-Tour, d’où il se consacra à une activité de linguiste sur le « parler de Champcelée » et la réforme de l’orthographe.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article88345, notice HELLER Jules [HELLER Henri, Jules] par Jacques Girault, version mise en ligne le 1er juillet 2010, dernière modification le 7 juillet 2021.

Par Jacques Girault

Jules Heller
Jules Heller
Cliché fourni par la famille

SOURCES : Arch. Nat., F17/ 26503 B. — Archives familiales transmises par son petit-fils Jean-Luc Heller. — Jean-Pierre Husson, La Marne et les Marnais à l’épreuve de la Seconde Guerre mondiale, Reims, Presses universitaires, 1998. — Note de Claude Pennetier.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément