JALABER Jean-Pierre, Marie, Joseph

Par Pierre Duparay

Né le 5 février 1929 à Nantes (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique), mort le 31 mai 2016 au Creusot (Saône-et-Loire) ; journaliste au Progrès de Lyon (1956) ; directeur de l’association « Accueil, information et intégration des étrangers » (1975-1994) ; militant du Syndicat national des journalistes, de la CFDT et de l’ASTI (Association de solidarité aux travailleurs immigrés).

Cinquième d’une fratrie de huit enfants, Jean-Pierre Jalaber naquit dans une famille d’origine bourgeoise, catholique pratiquante. Son père, Adolphe Jalaber, était conseiller juridique à la société d’import export de charbon appartenant à son beau-père. Sa mère, née Madeleine Renault, était femme au foyer.

Après avoir obtenu le bac, il entra au séminaire d’Issy-les-Moulineaux (Seine, Hauts-de-Seine) avec le projet d’entrer à la Mission de France. En 1949, il tomba gravement malade et fut hospitalisé à Rennes (Ille-et-Vilaine). Guéri, il arrêta ses études et vécut un an à Dole (Jura) comme surveillant d’internat. En 1956, il s’installa à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) où il occupa les fonctions de correspondant local du Progrès de Lyon. Ce fut alors qu’il adhéra au Syndicat national des journalistes (SNJ). Dix ans plus tard, en 1967, il fut muté au Péage-de-Roussillon (Drôme) puis en 1968 à Dijon (Côte-d’Or). En 1970, il revint à Chalon-sur-Saône et entra comme attaché de presse dans l’équipe de préfiguration de la Maison de la Culture que dirigeait Francis Jeanson depuis trois ans. Il se syndiqua alors à la CFDT. En 1973, embauché par Mademoiselle Vivier, assistante sociale régionale du Service social d’aide aux émigrants (SSAE), il fut affecté au bureau départemental de Mâcon. Il assura des permanences administratives de conseil juridique et d’écrivain public très fréquentées à Chalon, Autun, Montceau-les-Mines et Mâcon. Il prit sa retraite en 1994 et depuis cette date participe aux activités de l’Union locale des retraités CFDT de Chalon-sur-Saône.

Adhérent du Parti socialiste (1970-1975), il fut pendant trente ans un membre actif de l’APAI (Association de promotion et d’accueil des immigrés) puis de l’ASTI (Association de solidarité aux travailleurs immigrés). Il fut amené à suivre des conflits difficiles avec les autorités (grève pour loger décemment dans les foyers CASTD puis Sonacotra ou bien pour reloger des Algériens). Cet engagement auprès des travailleurs immigrés venus du Maghreb l’amena à participer à la création du groupe Maghreb à Chalon, dans la mouvance des groupes créés à Lyon par le père Henri Lehman. Ce groupe, qui établissait des liens entre chrétiens et musulmans, développa un dialogue islamo-chrétien et œuvra auprès de l’opinion – en particulier chrétienne – pour favoriser l’intégration de ces travailleurs et de leurs familles.

Avec son épouse, ils participèrent, dans les années 1970, aux réunions du groupe local de « Vie nouvelle ». De son mariage en 1961 avec Janine Delorme, aide familiale, naquit en 1966 une fille, Élisabeth, aujourd’hui employée au CCAS du Kremlin-Bicêtre.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article88401, notice JALABER Jean-Pierre, Marie, Joseph par Pierre Duparay, version mise en ligne le 8 juillet 2010, dernière modification le 8 juin 2022.

Par Pierre Duparay

SOURCES : Association bourguignonne des amis du Maitron. – Entretien avec l’intéressé, février 2010 et avec ses anciens collègues de la Maison de la Culture de Chalon-sur-Saône, avril 2010, du SSAE et de Vie Nouvelle en avril-mai 2010.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément