SUSS Georges, Albert

Par Fernand Brem

Né le 14 août 1920 à Strasbourg (Bas-Rhin), mort le 12 mars 2009 à Herrlisheim (Bas-Rhin) ; employé SNCF à Strasbourg ; secrétaire de l’Union des syndicats chrétiens de cheminots d’Alsace et de Lorraine de 1952 à 1973, président de l’USCCAL de 1973 à 1979, membre du conseil fédéral des cheminots CFTC de 1973 à 1979.

Georges Suss naquit dans une famille de quatre enfants, dont il était l’aîné. Son père, Albert Suss, de confession protestante, était chef magasinier à l’usine de chocolat Suchard à Strasbourg. Sa mère, née Marie Luck, était catholique. Après le brevet élémentaire, Georges Suss entra en 1934 chez Suchard comme apprenti employé de bureau et de comptabilité. En 1937, au cours d’une grève, les militants CGT l’empêchèrent de travailler à coups de poing. Il en conserva une aversion durable pour la CGT et il adhéra à l’Association des employés d’Alsace et de Lorraine, syndicat très proche de la CFTC. Lors de l’évacuation de Strasbourg en 1939, il alla travailler dans une usine parisienne. Après l’armistice de 1940 et l’annexion de fait de l’Alsace, il rentra à Strasbourg et fut embauché par l’usine Juncker de matériel d’aviation à Strasbourg-Meinau. De juillet à octobre 1943, il fut appelé au Reichsarbeitsdiens (RAD, Service obligatoire du travail) en Bavière, puis en octobre 1943, incorporé de force dans l’aviation allemande. Le 23 avril 1945, il déserta près de Berlin, traversa l’Allemagne vers le Sud et fut fait prisonnier par l’armée française. Rapidement libéré, il se retrouva à Strasbourg le 7 mai 1945.
Marié en octobre 1945 avec Jeanne Weber, il entra à la SNCF et se syndiqua à la CFTC. Il commença comme facteur auxiliaire, puis passa le concours d’expéditionnaire et fut nommé à Sarralbe (Moselle). Au bout d’un an, sur intervention de Michel Kuhm, il fut réaffecté à Strasbourg (VB-Atelier SES) où il travailla au bureau du personnel. Kuhm lui demanda alors de figurer sur la liste des délégués du personnel lors des élections de 1949-1950 ; il fut élu et resta DP jusqu’en 1960. Au même moment, il entra au comité directeur de l’Union des syndicats chrétiens de cheminots d’Alsace et de Lorraine : il fut secrétaire de l’USCCAL de 1952 à 1973. Au congrès confédéral extraordinaire de 1964, il opta pour le maintien à la CFTC. En 1973, après le départ de Roesch, il devint président de l’USCCAL jusqu’en février 1979, peu avant son départ à la retraite en décembre 1979. Il fut élu aux Prud’hommes de 1958 à 1979. Sur le plan national, il fut membre du conseil fédéral des cheminots CFTC de 1973 à 1979.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article8842, notice SUSS Georges, Albert par Fernand Brem, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 15 avril 2012.

Par Fernand Brem

SOURCES : Entretien avec Georges Suss, 7 août 2002.— Etat civil.

Version imprimable Signaler un complément