GUÉRIN Jean, Louis

Par André Lainé, Alain Prigent

Né le 20 mai 1932 à Etables (Côtes-du-Nord, Côtes-d’Armor), mort le 4 février 2010 à Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor) ; instituteur ; membre du bureau de la section départementale du SNI des Côtes-du-Nord (1960-1968) ; secrétaire départemental adjoint de la section des Côtes-du-Nord de la FEN (1960) ; président de la section de la MGEN des Côtes-d’Armor (1992-2000) ; militant communiste.

Fils de Jean-Marie Guérin, cantonnier et de Louise Pignobel, employée communale, Jean Guérin se maria en décembre 1956 avec une institutrice, Rolande Léard née le 29 juillet 1934 à Étables ; ils eurent deux filles.

Jean Guérin effectua sa scolarité primaire à l’école publique d’Étables-sur-Mer, continua ses études au cours complémentaire de Saint-Quay-Portrieux, où il obtint le brevet élémentaire en 1947, le BEPS en 1948. Reçu au concours d’entrée à l’École normale d’instituteurs de Saint-Brieuc (1948-1952), il obtint le baccalauréat sciences-expérimentales. Nommé instituteur à Mégrit, il y obtint son Certificat d’aptitude pédagogique en 1953. Sursitaire, mobilisé en 1954, il effectua 36 mois de service dans le génie en Allemagne puis avec le grade de sergent en Algérie où, après neuf mois, il fut rendu à la vie civile le 11 avril 1957. Il fut alors nommé instituteur à Plourivo près d’Yvias où enseignait son épouse. Le couple fut nommé à la rentrée de 1957 à Boquého où il exerça jusqu’en 1965 puis à Saint-Quay-Portrieux. En 1968-1969, il effectua un stage à Rennes pour être nommé instituteur spécialisé et pouvoir exercer dans l’établissement créé à Saint-Quay par l’Œuvre des Pupilles de l’École publique. Il prit sa retraite en 1987

Jean Guérin adhéra à l’Union de la jeunesse républicaine de France comme de très nombreux normaliens des années de l’après-guerre. Il participa aux actions menées afin de libérer les 10 militants emprisonnés le 11 mai 1950 à l’issue d’une manifestation en gare de Saint-Brieuc contre le passage d’un train en provenance de Brest et transportant des tourelles de canons à destination de Rochefort.

À son retour du service militaire, Jean Guérin fut délégué cantonal du Syndicat national des instituteurs pour le canton de Chatelaudren. Candidat sur la liste « Majorité nationale » au conseil syndical du SNI en 1959, il fut, l’année suivante, élu sur la liste d’union conduite par Maurice Renault et Sylvain Loguillard->145385] au conseil syndical en 1960. Il intégra alors le bureau de la section départementale jusqu’en 1971 chargé des affaires sociales. Délégué du SNI au sein de la commission administrative en juin 1961, il fut élu secrétaire adjoint de la section départementale de la Fédération de l’éducation nationale, le 23 novembre 1961. Il siégea à la CA jusqu’en janvier 1964.

Administrateur de la caisse primaire élu sur la liste de la CGT en 1962, Jean Guérin devint à partir de cette période le référent du SNI et de la FEN dans les instances de la mutualité et présida la section de la Mutuelle générale de l’Education nationale des Côtes-d’Armor de 1992 à 2000.

Parallèlement, Jean Guérin militait à la Jeunesse au Plein air, à l’Association des donneurs de sang de Education nationale, au Crédit Mutuel des Enseignants. À Saint-Quay-Portrieux, il participa aux activités de l’amicale laïque qu’il présida. Dans les années 1990-2000, il participa aux travaux du Comité départemental des retraités et personnes âgées (CODERPA), et à ce titre, fut membre fut membre du comité communal d’action sociale à Etables. Jean Guérin, promu dans l’ordre des Palmes académiques en 1983, fut élevé au grade d’officier en 2000.

Militant communiste jusqu’à son décès, il fut très impliqué dans la vie associative de sa commune. Il fut un dirigeant du club de football Saint-Quay-Sports, comme son collègue et ami Gérard Debray.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article88434, notice GUÉRIN Jean, Louis par André Lainé, Alain Prigent, version mise en ligne le 13 juillet 2010, dernière modification le 8 juillet 2021.

Par André Lainé, Alain Prigent

SOURCES : Arch. de l’UD CGT des Côtes-d’Armor. Arch. de la FSU 22 (bulletins des sections départementales du SNI et de la FEN). - Marcel Alory, L’Union de la Jeunesse Patriotique Républicaine de France dans les Côtes-du-Nord (1945-1956), monographie, 28 pages, sans date ; Alain Prigent (sous la direction de), Des salles de classe aux luttes sociales : Mai-juin 1968 dans les Côtes-du-Nord, Publication FSU-22, 2009. — Entretien le 14 janvier 2008 avec A. Prigent. — Renseignements fournis à A. Lainé par ses filles Françoise et Valérie.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément