GONDONNEAU Jean, Felix

Par Geneviève Poujol, Claude Pennetier

Né le 26 août 1939 à Loubès-Bernac (Lot-et-Garonne) ; professeur de collège en Seine-Maritime ; universitaire ; militant d’éducation populaire (Peuple et culture), particulièrement dans le domaine de la sexualité ; secrétaire national du Planning familial.

Fils d’un artisan-tonnelier de Dordogne, instituteur, son père mourut aux Armées en 1940. Sa mère orpheline de guerre, l’avait connu à l’École normale de Seine-Maritime ; elle se remaria avec un instituteur. Élevé dans une famille laïque, il fut baptisé et fit sa communion. Il fut admis à l’École normale d’instituteurs de Rouen où il eut pour professeur Jean Ader ; il enseigna en cours complémentaire pendant trois ans puis au collège avant d’être mis à disposition du mouvement d’éducation populaire Peuple et culture, en 1962, sous l’influence de Jean Ader. Militant du Planning familial par choix personnel, secrétaire adjoint il fit modifier les statuts, en 1967, pour en faire un mouvement d’éducation populaire. Il assura les fonctions de secrétaire national en 1968-1974 et fit à cette occasion connaissance des milieux protestants, de Geneviève Poujol et de son mari Michel Rocard. En 1969, il fonda en Haute-Normandie le premier centre d’orthogénie géré par le Planning familial.

Très lié aux comités d’entreprises, proche de certains militants de la CGT, il vécut mai 1968 à Cléon Renault. Il était membre du PSU depuis sa création et il suivait les options de Michel Rocard*. Rallié au Parti socialiste, il fut rocardien dans une terre fabiussienne et le resta.

Ses activités à Peuple et culture allaient en direction de différents milieux : milieu populaire (Mission populaire), milieu rural avec la Mutualité sociale agricole, milieu commercial et industriel avec la formation d’agents de vente et de maîtrise, enfin au Centre inter-armées d’Angoulême avec Marcel Vigny*. Il participa, avec Jean-Marie Huret*, à la formation des foyers de jeunes du Havre et de sa région. Il fut formateur d’entraînement mental. Il participa avec R. Boucher à la création d’un centre de formation d’éducateurs spécialisés. À la suite d’un conflit d’ordre politique, Peuple et culture Haute-Normandie, dont il était le responsable, prit le nom d’Éducation et culture. Avec les organisations syndicales CGT, CFDT et FEN, il conçut et anima des universités syndicales pour les militants d’action culturelle et les militants syndicalistes des comités d’entreprise.

Depuis 1971, il était chargé de cours à l’université de Rouen en sociologie de l’éducation. En 1972, il fut docteur en sociologie avec une thèse sur la sexualité. De 1986 à 1992, il occupa la fonction de directeur-adjoint de l’IRTS (Institut régional du travail social) de Haute-Normandie. En 1995, il travaillait sur l’éducation de la sexualité (prévention SIDA) puis fut secrétaire général du comité régional d’éducation de la santé et le restait en 2009. Bien d’autres associations bénéficièrent de son dynamisme : l’Association pour le développement social et culturel international qui gère l’Institut du développement social de Haute-Normandie), l’association Ni victimes Ni battues.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article88450, notice GONDONNEAU Jean, Felix par Geneviève Poujol, Claude Pennetier, version mise en ligne le 20 juillet 2010, dernière modification le 21 novembre 2021.

Par Geneviève Poujol, Claude Pennetier

SOURCES : Entretien avec Geneviève Poujol en 1995 et avec Claude Pennetier en 2009.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément