HUDELOT Roger

Par Jacques Girault

Né le 23 mai 1911 à Meursanges (Côte-d’Or), mort le 24 octobre 1989 à Cannes (Alpes-Maritimes) ; instituteur ; militant syndicaliste du SNI en Côte-d’Or ; militant d’organisations laïques ; militant socialiste, conseiller municipal de Cannes.

Fils d’un militaire devenu employé (selon son témoignage, « receveur buraliste » selon le registre d’état civil), d’opinions de gauche, Roger Hudelot reçut les premiers sacrements catholiques. Il entra à l’École normale d’instituteurs de Dijon (Côte-d’Or) en 1928. Ii fut instituteur en Côte-d’Or à Liernais (1931-1932), à Chanceaux (1933-1934) et à Saint-Germain-Source-Seine jusqu’en 1943. Dans tous ces postes, il anima des activités périscolaires (amicale laïque, foyer rural, etc…).

Il effectua son service militaire à l’École militaire de Vincennes avant de devenir officier d’intendance à Dijon. Il se maria uniquement civilement en août 1934 à Saint-Thibault (Côte d’Or) avec une institutrice. Le couple eut quatre enfants.

Syndiqué depuis 1931, membre du mouvement animé par Célestin Freinet (1936-1940), Roger Hudelot fut, sous le Front populaire, secrétaire-trésorier de l’organisation syndicale dans le canton de Saint-Seine. Obtenant 80 voix sur 92 votants de la région de Montbard, il fut élu membre du conseil syndical du SNI, le 20 février 1936, responsable de la commission des affaires corporatives. Confirmé en 1938, il était aussi membre de la commission de propagande comme représentant du Groupe de Jeunes. Dans le bulletin syndical, il écrivait souvent en direction des jeunes, « pour une radio impartiale » (mars 1936) ou sur les affaires corporatives. Membre de mouvements pacifistes, il approuva les accords de Munich dans une tribune libre, « D’abord la Paix » (octobre 1938).

Mobilisé dans l’intendance au début de la guerre à Dijon, puis à Luxeuil-les-Bains,il s’engagea dans la Résistance à partir de 1942 et, en 1944, alors exploitant forestier, combattit dans un maquis dans la région de Châtillon-sur-Seine.

En congé pour convenances personnelles de 1943 à 1951, Roger Hudelot reprit son métier d’instituteur à Duzerville (Algérie). Nommé à Alger, détaché à la Fédération des œuvres laïques d’Algérie, puis à la Ligue française de l’enseignement, il dirigea les centres permanents de vacances de Beauvallon (Var) et de Cannes-Gallia (Alpes-Maritimes), chargé de stages dans les écoles normales sur les enseignements post et périscolaires. Spécialisé dans les méthodes audiovisuelles d’enseignement de la langue française, il devint professeur à l’Alliance française de Bombay (Inde) de 1961 à 1964 et termina sa carrière comme directeur de l’Alliance française d’Hong-Kong.

Retraité à Cannes depuis 1968, Roger Hudelot y fonda un club de retraités de l’enseignement qui devint Club de l‘âge d’or de la Côte d’Azur. Il le présida au début des années 1980 et en 1987, il en devint le président d’honneur.

Membre du conseil d’administration de la section des Alpes-Maritimes de la Mutuelle générale de l’Éducation nationale jusqu’en 1986, membre du Parti socialiste depuis 1977, Hudelot, indiqué « directeur de collège honoraire », fut élu conseiller municipal de Cannes en mars 1977 sur la liste « d’action économique et sociale » conduite par Bernard Cornut-Gentile. Il participa aux commissions des affaires sociales, du troisième âge, du logement et des sports. Il siégea jusqu’à la fin du mandat en 1983. Vice-président de l’Office du Troisième Âge, il se représenta en avant-dernière position non éligible sur la liste « Changer Cannes ensemble » se réclamant de la « Majorité présidentielle » en mars 1983. Elle arrivait en troisième position avec 4 266 voix sur 50 828 inscrits et 39 180 suffrages exprimés.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article88478, notice HUDELOT Roger par Jacques Girault, version mise en ligne le 22 juillet 2010, dernière modification le 4 juillet 2021.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. com. Cannes, 60 W 40, 65 W 121, 70 W 33, 34. — Presse syndicale. – Sources orales. – Renseignements fournis par l’intéressé.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément