GRÉGOIRE Yves

Par Alain Prigent

Né le 20 décembre 1897 à Maël-Carhaix (Côtes-du-Nord, Côtes-d’Armor), mort le 18 novembre 1987 à Carhaix (Finistère) ; bourrelier ; membre du PC clandestin ; déporté à Auschwitz et Buchenwald.

Fils de cultivateurs de Maël-Carhaix, il fut handicapé à la suite de l’amputation d’une jambe consécutive à un accident en 1915. Effectuant un reclassement professionnel, il s’installa comme artisan bourrelier au bourg de Maël-Carhaix. En 1936, Grégoire adhéra à la cellule locale du PCF animée par Yvonne Gouriou*, institutrice dans la commune, et Maurice Le Floch*, charron, adjoint au maire de Trébrivan. Le moment le plus fort de l’activité communiste dans ce canton du sud-ouest du département fut la venue de Marcel Cachin qui anima une réunion publique en 1937 devant 1 200 personnes. En 1941, Grégoire devint le responsable du triangle du PC clandestin de Maël-Carhaix-Rostrenen avec François Jégou*, ouvrier agricole, et François Penhoat*, maçon. Il fut en contact avec les responsables politiques régionaux avec Antoine*, cheminot originaire de Rennes. Mais il fut arrêté le 9 août 1943 par les inspecteurs de la SPAC (section de protection anticommuniste), aidé par la traîtrise de Léon Renard*, responsable du PC clandestin de Noël 1942 à février 1943, dans le cadre d’une très vaste opération de démantèlement de l’organisation clandestine du PCF. Emprisonné à Saint-Brieuc, puis à Rennes et enfin à Compiègne, il fut déporté à Auschwitz-Birkenau puis à Buchenwald dans le convoi dit des Tatoués le 27 avril 1944. Il témoigna à charge devant la Cour de Justice de Rennes, lors du procès Léon Renard, le 13 novembre 1945. Il resta fidèle au PCF sans avoir de responsabilité jusqu’à sa mort.

Il se maria avec Marie Le Scanve en mai 1919 dont il eut un enfant Jean-Marie en 1920 qui devint instituteur.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article88492, notice GRÉGOIRE Yves par Alain Prigent, version mise en ligne le 23 juillet 2010, dernière modification le 23 juillet 2010.

Par Alain Prigent

SOURCES : Arch. Dép. Côtes-d’Armor, 1043W32. — Arch. Dép. Ille-et-Vilaine, 213W68, dossier de la Cour de Justice de Rennes, Procès Léon Renard, juin 1946. — Une semaine dans les Côtes-du-Nord, supplément de l’Humanité Dimanche. — Christian Bougeard, Le choc de la deuxième guerre mondiale dans les Côtes-du-Nord, thèse de doctorat d’État, Rennes II, 1986. — Marie Pierre et Pierre Klein, Les déportés des Côtes-du-Nord, livre mémorial, 2007. — Jean Le Jeune, Itinéraire d’un ouvrier breton, chez l’auteur, 2002. — Louis Pichouron, Mémoire d’un partisan Breton, Presses universitaires de Bretagne, 1969. — Alain Prigent, Histoire des communistes des Côtes-du-Nord (1920-1945), Saint-Brieuc, 2000. — Alain Prigent, La SPAC contre le PCF clandestin, Les Cahiers de la Résistance Populaire dans les Côtes-du-Nord, N° 6/7, 1998. — Entretien en 1984 à Maël-Carhaix.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément