HOURIEZ Pierre, Joseph

Par Gilles Morin

Né le 6 septembre 1905 à Iwuy (Nord), mort le 24 mars 1982 à Lille (Nord) ; inspecteur central des Impôts indirects, puis directeur de journal ; militant socialiste et résistant ; membre du Comité départemental de Libération du Nord ; membre de divers cabinets ministériels.

Fils de Pierre Houriez, journalier puis employé des postes et de son épouse, Adelina Legros, journalière, Pierre Houriez entra à l’administration des finances. Il fut contrôleur à Landrecies en 1928, contrôleur principal au Quesnoy en 1935, pour finir inspecteur central des Impôts indirects en 1944.

Pierre Houriez fut très jeune, dès 1932, un actif militant socialiste, collaborateur et agent électoral d’Eugène Thomas*. Il parla au nom du Parti socialiste SFIO à la manifestation du Front populaire de Valenciennes (Nord) le 14 avril 1938 et était secrétaire de la section cantonale de Landrecies en février 1939.

Mobilisé en 1939, comme sous-officier, affecté en tant que chef de bureau à l’État-major de la 1ère armée, il fut fait prisonnier en mai 1940 à Dunkerque, rapatrié d’Allemagne en fin mai 1941 comme malade. Démobilisé à Macon, il se rendit à Toulouse pour voir Eugène Thomas, rencontra avec ce dernier Vincent Auriol* en résidence forcée à Muret, puis obtint l’autorisation de renter en zone Nord à Valenciennes. Il s’était convaincu de la possibilité de rassembler les hommes favorables à la Résistance en zone-sud, mais l’athmosphère était plus favorable dans le Nord, où la population est résolument hostile aux Allemands et à Vichy. Il rencontra Augustin Laurent qui le chargea de reconstituer la Résistance socialiste dans le secteur du Valenciennois. Il fut l’un des fondateurs de Libération-Nord dans la région du Nord, membre du comité du mouvement en 1944. Il appartenait par ailleurs au Comité d’action socialiste, dont il était le membre le plus important avec Bantigny dans le Valenciennois, au réseau Bordeaux-Loupiac et à Brutus, faisant passer des renseignements transmis par les réseaux des travaux publics (Botsaron, Lechantre*, etc.). Il siégea au Comité départemental de Libération comme représentant de la SFIO. Il fut après guerre, président de l’amicale des anciens du réseau d’évasion Bordeaux-Loupiac.
Édouard Perroy, qui l’interrogea en 1946, le décrivait ainsi : « Houriez est un homme fort, carré, massif. Il parle d’une voix lourde et grasseyante, sans hésitations, sûr de lui » ?

Après la Libération, Pierre Houriez appartint à la commission exécutive fédérale SFIO du Nord en 1945-1967 et siégeait au bureau fédéral en 1951. Il devint un homme clé de la presse socialiste. Directeur général puis directeur administratif de Nord-Matin en 1944-1951, vice-président en 1959, puis vice-président honoraire en 1961 de l’Agence France-Presse, il était encore administrateur de Nord-Soir en 1946. Il fut chargé d’examiner les comptes du Populaire lors du congrès de 1948.

Houriez appartint à de nombreux cabinets ministériels sous la IVe République. Chargé de mission au cabinet d’Augustin Laurent, ministre des PTT, le 30 septembre 1944, il figura surtout dans les différents cabinets d’Eugène Thomas, par-delà les fonctions de ministre ou de secrétaire d’État de celui-ci, aux PTT ou à l’intérieur de 1944 à 1951, puis en 1956-1958 comme chargé de mission.

De 1956 à 1964 au moins, Houriez fut vice-président du Syndicat national de la presse quotidienne régionale, et vice-président du conseil d’administration de la Société professionnelle des papiers de presse.

Officier de la Légion d’honneur, il était titulaire de la Croix de guerre 1939-1945, avec Palmes, et de la médaille de la Résistance.

Est-ce Hourriez, militant syndicaliste CGT, qui était, en 1939, secrétaire adjoint de l’Union locale de Valenciennes ?

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article88519, notice HOURIEZ Pierre, Joseph par Gilles Morin, version mise en ligne le 22 juin 2011, dernière modification le 22 juin 2011.

Par Gilles Morin

SOURCES : Arch. Nat., 72/AJ/59, témoignage recueilli par Édouard Perroy, le 6 décembre 1946. — Arch. Dép. Nord, M 595/68. Arch. Nat., F/7/15495, n° 4596, F/1a/3356 ; F/1cIII/1304 ; F/60/586 ; CAC, 20010216/95/2733. — Rapports de congrès fédéraux du Nord, 1945-1967. — Serge Biguet, La fédération socialiste du Nord de 1944 à 1948, mémoire de maîtrise d’histoire, Université de Lille III, 1975. — Nouveau dictionnaire national des contemporains, Paris, J. Robin, 1964. — Annuaires des cabinets ministériels, ministère Guy Mollet, 31 janvier 1956, Office français d’éditions documentaires, juillet 1956. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément