GRUPPO Louis, Jean

Par Justinien Raymond

Né le 18 octobre 1903 à Annecy (Haute-Savoie), mort le 1er octobre 1948 à Aix-les-Bains (Savoie) ; ouvrier, militant syndicaliste et communiste d’Aix-les-Bains.

Louis Gruppo était le fils d’un conducteur de travaux (maçon sur l’acte de naissance) d’origine piémontaise mort en 1929 à quarante-cinq ans. Il appartenait donc à ces nombreuses familles d’origine transalpine qui jouent dans tous les domaines un rôle actif dans la Savoie française à laquelle elles se sont pleinement intégrées. Après des études primaires jusqu’au Certificat d’études, il travailla avec son père, devint ensuite conducteur de travaux puis monteur plombier en chauffage sanitaire. Dès leur naissance après les scissions politique et syndicale, il adhéra au Parti communiste et à la CGTU. Ces choix s’expliquent. Son père avait appartenu au Parti socialiste au temps de l’unité par attachement aux idées laïques et mû par ses préoccupations sociales. Sa mère, aînée de dix enfants, avait été gréviste dès 1897 dans une usine de tissage à Cran-Gévrier (Haute-Savoie). Lui-même, non baptisé, avait subi quelques brimades de camarades intolérants mais surtout avait durement ressenti les difficultés matérielles de la vie ouvrière, comme aîné de sept enfants dont l’éducation lui revint en grande partie. (voir Angel Gruppo, Roger Gruppo, Robert Gruppo, Simone Gruppo).

Louis Gruppo n’était pas seulement un cotisant mais un militant actif, souvent au premier rang. Syndicaliste combattif, il se rendit à Moscou en 1930, au congrès de l’Internationale syndicale rouge. Après la réunification syndicale de 1935 en France, il fut élu secrétaire de l’Union locale d’Aix-les-Bains. À plusieurs reprises et notamment en 1930, il assura le secrétariat de la cellule communiste locale dont il était membre. En 1932, la cellule comptant une quinzaine de membres lui-même étant toujours secrétaire et Léger Ch. trésorier, il la représenta, en compagnie de son camarade Robert, de la cellule de Chambéry, au congrès de la Paix à Amsterdam. La même année, le Parti communiste le présenta aux élections législatives dans la première circonscription de Chambéry où il obtint, au seul et unique tour de scrutin, 509 voix sur 16 509 suffrages exprimés contre le député radical sortant réélu par 9 324 suffrages et Georges Suarez qui en obtint 6 676.

Il se maria le 22 février 1936 à Aix-les-Bains avec Henriette Quay.

Mobilisé en 1939, il fut fait prisonnier en juin 1940. Lors du transfert de son camp, de Fourchambault (Nièvre) en Allemagne, il réussit, en septembre, à s’évader à Noisy-le-sec et rentra à Aix-les-Bains. Menacé d’arrestation par la police de Vichy, il passa dans la clandestinité le 13 décembre 1940. La Libération venue, pour laquelle il avait combattu, Louis Gruppo fut élu conseiller municipal d’Aix-les-Bains en 1945. Ses jours étaient comptés mais, à l’Hôtel de Ville, il fut toujours et par tous apprécié pour son dévouement et son esprit de tolérance.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article88536, notice GRUPPO Louis, Jean par Justinien Raymond, version mise en ligne le 27 juillet 2010, dernière modification le 2 juin 2011.

Par Justinien Raymond

SOURCES : Arch. Nat. F7/13041, rapport du 5 septembre 1932 et F7/13130. — Arch. Ass. Nat., dossiers électoraux. — Enquête Rivet auprès de Mlle Gruppo, fille du militant, et auprès de son frère Robert Gruppo, professeur.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément