GOUPIL Michel, Raymond, Lucien

Par Paul Boulland

Né le 12 août 1928 au Havre (Seine-Inférieure, Seine-Maritime) ; ouvrier du bâtiment ; membre du secrétariat de la fédération de Seine-inférieure du PCF (1957-1958) puis des JC (1958-1961).

Son père et sa mère, respectivement docker et sans profession sur l’acte de naissance, devinrent tous deux infirmiers. Ils étaient décrits comme sympathisants communistes en 1954. Michel Goupil était titulaire du certificat d’études primaires. Ouvrier du bâtiment, charpentier puis boiseur, il adhéra au Parti communiste français en 1944, puis l’année suivante à l’UJRF et à la CGT. Délégué de chantier et membre du bureau du syndicat du bâtiment de Rouen (Seine-Inférieure, Seine-Maritime), il milita principalement au sein de l’UJRF où il fut désigné secrétaire fédéral à la propagande de Seine-inférieure. Ayant réduit son activité militante au cours de l’année 1948, il fut sanctionné par la direction fédérale communiste et partit peu après pour le service militaire qu’il effectua avec le grade de caporal chef.

À son retour de l’armée, Michel Goupil reprit ses activités militantes à Sotteville-Lès-Rouen où il fut secrétaire de cellule. Membre du comité et de la commission d’organisation de la section de Sotteville-Lès-Rouen (Seine-Inférieure, Seine-Maritime), il en intégra le secrétariat en 1952, puis devint premier secrétaire l’année suivante. Son activité à la tête de la section, notamment pour renforcer la présence du parti dans les entreprises et lors des grèves d’août 1953 fut appréciée de la direction fédérale et notamment de Roland Leroy*. Élu au comité fédéral en juin 1954, il fut envoyé à l’école centrale d’un mois du PCF en octobre-novembre, ce qui lui permit, selon les évaluateurs, d’acquérir une plus grande assurance. Toujours secrétaire de section et membre du comité fédéral, il devint délégué permanent à la propagande pour le comité central du PCF en 1956. En mai 1957, il intégra, comme permanent, le secrétariat de la fédération de Seine-Maritime, se chargeant notamment de la presse, des organisations de jeunesse et du travail parmi les intellectuels. En juillet 1958, il prit la direction de la fédération des Jeunesses communistes et fut ramené au bureau fédéral communiste l’année suivante. En 1961, il y siégeait toujours, comme membre du secrétariat de la section Sotteville et rédacteur en chef des pages locales de l’Humanité-Dimanche. Il ne fut pas réélu en 1962

Michel Goupil épousa Monique Gaudy, infirmière, membre du Parti communiste, le 30 mai 1953 à Sotteville-Lès-Rouen. Ils avaient un enfant en 1954.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article88543, notice GOUPIL Michel, Raymond, Lucien par Paul Boulland, version mise en ligne le 29 juillet 2010, dernière modification le 29 juillet 2010.

Par Paul Boulland

SOURCES : Arch. du comité national du PCF. — État civil du Havre.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément