HAULARD Georges

Par Daniel Grason

Né le 13 mars 1912 à Paris, mort le 3 février 1982 à Paris (XXe arr.) ; volontaire en Espagne républicaine ; militant communiste de Clichy (Seine, Hauts-de-Seine).

Georges Haulard habitait 31, route d’Asnières, à Clichy (Seine, Hauts-de-Seine). Il termina son service militaire d’un an en 1934, à Strasbourg dans le 9e Régiment de Hussard, devint mitrailleur chef de pièce avec le grade de Brigadier. Il adhéra aux Jeunesses communistes cette année-là, il rejoignit le Parti communiste en 1936, il faisait partie de la cellule du quartier du Bac d’Asnières. Il était chauffeur livreur de charbon à la maison Lowenbach à Levallois-Perret. Il participa à la contre-manifestation du 16 mars 1937, pour protester contre la tenue d’une assemblée du Parti Social Français (PSF ex-Croix de Feu), à Clichy, une fusillade se solda par cinq morts, une femme sera la sixième victime, l’on dénombra trois cents blessés parmi les antifascistes.
Il arriva en Espagne le 8 février 1938, à pied pour « combattre le fascisme ». Il fut incorporé le 4 avril 1938, dans la 14e Brigade internationale. Il participa comme soldat aux combats de Caspe, il fut blessé au bras gauche le 10 avril 1938 et due être hospitalisé deux mois. Il prit part à la bataille de l’Ebre qui débuta fin juillet 1938, et fut engagé à Tortosa. Il fut rapatrié début novembre 1938.
Le Comité d’aide à l’Espagne républicaine de Clichy présidé par Joseph Le Garlantézec, conseiller municipal socialiste organisa une réception pour le retour des brigadistes, en présence des sections communistes et socialistes, de l’Union des syndicats, du Comité mondial des femmes, en présence de Maurice Naile, conseiller général communiste.
Les Brigadistes Ernest Lemoigne, Georges Haulard, Ernest Mathier, Riébé, Couégnias, Marcel Véto, et Roeland étaient là. Marcel Grélaud prit la parole, il rendit hommage, - en présence de sa mère - à Maurice Maldent mort le 2 août en Espagne. Il déclara : « Nous qui avons lutté dans les tranchées de la liberté, face aux troupes d’invasion étrangère, nous savons que notre sacrifice aurait été inutile si le peuple d’Espagne n’avait pas su faire l’unité.
« Nous n’avons fait que changer de front, mais ici comme en Espagne, nous jurons de consacrer tous nos instants à la lutte antifasciste, jusqu’à la victoire définitive du peuple espagnol et du nôtre contre tous ses ennemis ».
Georges Haulard mourut le 3 février 1982 à Paris (XXe arr.)

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article88613, notice HAULARD Georges par Daniel Grason, version mise en ligne le 5 août 2010, dernière modification le 19 novembre 2020.

Par Daniel Grason

SOURCES : RGASPI 545.6.1038. BDIC mfm 880/1 ; RGASPI 545.1.31. BDIC mfm 880/1 bis ; RGASPI 545.6.1044. BDIC mfm 880/2 bis ; RGASPI 545.6.1226. BDIC mfm 880/18. — Arch. Mun. Gennevilliers. — La Voix populaire du 18 novembre 1938. – État civil, décès Site internet Match ID acte 217N.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément