GUERLIN André, Jean

Par Gilles Morin

Né le 19 juillet 1911 à Samatan (Gers), mort le 19 mai 1998 à Tarbes (Hautes-Pyrénées) ; professeur d’allemand ; militant socialiste dans les Hautes-Pyrénées ; député (1967-1968, 1973-1978) ; conseiller général du 5e canton de Tarbes (1973-1985) ; conseiller régional de Midi-Pyrénées (1974-1978) ; député européen (1976-1978).

André Guerlin
André Guerlin
Député

Issu d’une vieille famille de paysans gersois des deux côtés, fils d’instituteurs, André Guerlin, élève du lycée d’Auch puis en classe préparatoire au lycée Louis-le-Grand à Paris, admissible à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm, obtint une licence de Lettres (Allemand) à la Sorbonne puis un diplôme d’études supérieures à la Faculté des Lettres de Toulouse. Il exerça comme professeur adjoint à Agen (Lot-et-Garonne) en 1938-1942. Mobilisé de 1939 à août 1940, il fut nommé professeur à Condom (Gers) de 1943 à 1946, puis exerça comme professeur certifié d’allemand au lycée de garçon et à l’École nationale d’ingénieurs de Tarbes de 1946 à 1968. Il fut syndiqué au Syndicat national de l’enseignement secondaire durant toute son activité professionnelle.

Adhérent du Parti socialiste SFIO depuis 1931 (ou 1929 selon les sources), André Guerlin fut élu secrétaire de la fédération des Hautes-Pyrénées en mai 1963, succédant à Bilières. Il semble avoir conservé cette fonction jusqu’en 1973. Il fut par ailleurs secrétaire départemental de la FGDS en 1966-1967. Il conduisit la liste socialiste aux élections municipales de 1965 et 1971 à Tarbes. Il présida la société coopérative d’HLM de Tarbes « Le Nid bigoudan » et, pendant vingt-cinq ans, une société coopérative tarbaise de construction et d’accession à la propriété. Il était par ailleurs militant de la Ligue des droits de l’Homme et collaborait à La Bigorre socialiste et à Démocratie en Bigorre.

André Guerlin fut élu le 12 mars 1967 député de la 2e circonscription, en battant le député sortant gaulliste Thillard. Battu aux élections anticipées de juin 1968, il obtint 26 581 voix, et fut devancé par Thillard (27 488) voix. Il prit sa revanche et fut réélu député UGDS de Tarbes et Bagnères-de-Bigorre en mars 1973. Il siégea à la commission des Affaires culturelles, familiales et sociales durant toute la législature. Il siégea au Parlement européen de 1976 à 1978 et ne se représenta pas à l’Assemblée nationale en mars 1978.

Élu conseiller général (Parti socialiste) du 5e canton de Tarbes le 30 septembre 1973, canton nouvellement créé, Guerlin renforça son assise locale. Réélu en 1979, il était porte-parole du groupe socialiste à l’assemblée départementale. Il siégea encore comme conseiller régional de Midi-Pyrénées, du 10 janvier 1974 à 1978 et fut vice-président de l’assemblée régionale de 1974 à 1976.

André Guerlin joua enfin un rôle important dans la vie culturelle de son département en présidant le centre culturel de Tarbes, la société des amis de la musique des Hautes-Pyrénées. Il fut cofondateur du festival de musique sacrée de Lourdes.

Politiquement, Guerlin aurait été un partisan résolu de l’Union de la gauche, mais se montrait plus réservé en privé en 1979. Le préfet écrivait de lui cette même année : « Il peut être sectaire et fougueux jusqu’à l’erreur […], il s’anime et se passionne facilement ».

Il s’était marié le 8 août 1933 à Marie Saragnet, née le 11 mai 1911, institutrice qui se consacra ensuite à sa famille, le couple ayant quatre enfants.

Officier des palmes académiques, André Guerlin était médaillé d’honneur de la Jeunesse et des Sports.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article88643, notice GUERLIN André, Jean par Gilles Morin, version mise en ligne le 7 août 2010, dernière modification le 17 juillet 2021.

Par Gilles Morin

André Guerlin
André Guerlin
Député

SOURCES : Arch. Nat., CAC, 19780654/59, 19890523/10. — Arch. de l’Ass. Nat., dossier personnel. — Archives de l’OURS, dossiers Hautes-Pyrénées. — Arch. de la Fondation Jean Jaurès, fonds Pierre Mauroy, fédération de la Haute-Garonne et FJJ/6EF73/2.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément