JEANNEAU Guy

Par François Prigent

Né le 6 novembre 1919 à Nantes (Loire-Inférieure) ; ingénieur puis expert immobilier ; dirigeant départemental et national de l’UDSR ; dirigeant fédéral de la FGDS puis du PS de Loire-Atlantique ; conseiller général PS de Nantes (1970-1979).

Responsable UDSR à l’échelle départementale puis nationale, Guy Jeanneau se présenta lors d’une cantonale partielle en 1947 dans l’ancien canton de Ernest Dalby*, tandis que le candidat SFIO était Théodore Staub*, secrétaire fédéral entre 1945 et 1955. Au second tour, il ne donna pas de consigne de vote. En 1953, Guy Jeanneau conduisait la liste UDSR aux municipales à Nantes.
En 1965, il participa activement à la campagne présidentielle de François Mitterrand en Loire-Atlantique, autour d’André Routier-Preuvost* et Gaston Maupetit*. Le siège de la FGDS fut fixé chez lui, rue de Strasbourg, lors de la rédaction des statuts en 1966. Trésorier de la FGDS en juin 1966, il représentait alors l’UDSR dans la structure présidée par André Routier-Preuvost, secrétaire fédéral de la SFIO (195561969). Les autres dirigeants de la FGDS départementale étaient Philippe Dehan* (secrétaire administratif), responsable FO, Gaston Maupetit et Etienne Caux* au nom de la SFIO, Henri Forget au titre des radicaux, Max Deraison pour la CIR, Maurice Jégou* pour le Cercle Aristide Briand, Alain Chénard pour le CEDEP et André Bovar (futur adjoint sur la liste de droite en 1983) pour Citoyen 60.
Jusqu’en 1975, Guy Jeanneau était membre du bureau fédéral de la FGDS (8 membres en 1969) puis du PS. En mars 1970, cet ancien membre du comité directeur de l’UDSR se présenta dans le canton de Nantes 6, recueillant 2109 voix. Prenant la suite de Christian Chauvel, élu en 1964, il devint à 51 ans conseiller général, siégeant aux côtés de Georges Carpentier* et Alexandre Plancher*, seuls élus socialistes à l’assemblée départementale. En mars 1971, il fut élu sur la liste ELAN, menée par André Morice. En 1973, il fut élu conseiller général de Nantes 5-Chantenay, tenu depuis 1945 par Abel Durand, sénateur (1946-1958) et président du Conseil Général (1945-1970). La poussée socialiste (10 élus) était forte en Loire-Atlantique lors des cantonales d’octobre 1973.
En 1975, Guy Jeanneau suivit les élus municipaux socialistes, derrière André Routier-Preuvost, dans la dissidence du PSD après leur exclusion du PS. En 1979, le canton fut gagné par le PCF, avec Michel Moreau (adjoint dans la municipalité Chénard en 1977), qui devança Maurice Milpied*, ancien secrétaire fédéral du PSU et Roger Ménoret* (FO). Le canton fut regagné par le PS avec Claude Seyse, élue depuis 1985.
La filière UDSR des réseaux socialistes restait un sillon faible, en dehors du parcours en Ille-et-Vilaine de Lucien Rose*, ancien parlementaire.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article88796, notice JEANNEAU Guy par François Prigent, version mise en ligne le 21 août 2010, dernière modification le 21 septembre 2011.

Par François Prigent

SOURCES
Archives de l’OURS, dossiers Loire-Inférieure ; Archives Fédérales du PS de Loire-Atlantique ; Archives du CHT de Nantes ; Yves Laurent et François Naud, Le cœur et la passion, chronique du parti socialiste en Loire-Inférieure/Loire-Atlantique, Editions Crocus, 1988, 318 p.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément