GUILLEMIN Henri, Philippe, Joseph

Né en 19 mars 1903 à Mâcon (Saône-et-Loire), mort le 4 mai 1992 à Neuchâtel (Suisse) ; écrivain, universitaire, polémiste ; catholique social.

Fils d’un agent-voyer, Henri Guillemin fit ses études au lycée Lamartine de Mâcon puis au lycée du Parc de Lyon, avant d’entrer à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm. Il rencontra en 1922 le fondateur du Sillon, Marc Sangnier dont il fut le secrétaire particulier.

Agrégé de lettres, auteur d’une thèse sur Lamartine, il se maria en 1928 et eut quatre enfants.

Sa carrière universitaire commença à l’Université du Caire de 1936 à 1938 et se poursuivit à Bordeaux jusqu’à sa mise en congé par le gouvernement de Vichy en 1942.

En 1945, il passa au Ministère des Affaires étrangères et mena de front une carrière de conseiller culturel et d’écrivain polémiste. Catholique social attaché à des valeurs de gauche, proche de la revue Esprit, il aimait s’enthousiasmer (par exemple pour Jean Jaurès), détester, démystifier par la voix comme par la plume.
Devenu professeur à l’Université de Genève (1963-1973), il avait fait de la Suisse sa seconde patrie.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article88884, notice GUILLEMIN Henri, Philippe, Joseph, version mise en ligne le 24 août 2010, dernière modification le 19 juin 2011.

OEUVRE : Nombreux titres consacrés à Lamartine, Musset, Victor Hugo, Flaubert, Chateaubriant, Claudel, Zola, Vallès, Jean d’Arc, Rousseau, Napoléon, Thiers, Péguy ou Jaurès (L’arrière pensée de Jaurès, Gallimard, 1996).

SOURCES : « Henri Guillemin, historien de Jaurès. Lettres d’Henri Guillemin à Madeleine Rebérioux », Cahiers Jean Jaurès, n° 144, avril-juin 1977. — Who’s who in France, 1979-1980. — État civil de Macon.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément