TARU André, Paul

Par Marie-Louise Goergen

Né le 21 juillet 1909 à Neuvy-le-Roi (Indre-et-Loire), mort le 20 septembre 1965 à Paris (XIIIe arr.) ; cheminot, ouvrier aux ateliers de Vitry-sur-Seine (Seine, Val-de-Marne) ; résistant ; syndicaliste CGT et communiste.

Fils d’un cordonnier, André Taru, doté d’un certificat d’études primaires, entra aux Chemins de fer en 1923.
Attaché à l’atelier de Vitry-sur-Seine, domicilié au 29, rue des Prés à Vitry, il bénéficia de l’affectation spéciale pendant la guerre 1939-1940. En tant que ex-membre du Parti communiste, il fut contacté en 1940 par un membre de l’organisation clandestine (Colin) pour devenir collecteur en faveur des prisonniers politiques et leurs familles. Lors d’une perquisition, la police découvrit des « documents manuscrits ».
Il figurait sur une liste de vingt-trois agents de la SNCF « récemment arrêtés ’pour activité communo-terroriste’ en Région parisienne » datée du 23 décembre 1943, qui fut transmise par la Préfecture de police au secrétariat d’État aux Communications. Il fut effectivement arrêté le 24 novembre 1943 chez Charles Heller, 15, rue du Colonel Moll à Vitry-sur-Seine, où se tenait une réunion clandestine. Il fut mis en cause par un dénommé Corjon selon la police, qui avait été lui-même écroué « pour propagande clandestine des mots d’ordre de la IIIe Internationale ».
Lors de son interrogatoire, il affirma avoir adhéré au PC en 1937 et avoir milité jusqu’à sa dissolution, mais sans occuper de poste à responsabilité. Sa dernière activité aurait eu lieu à la section des cheminots à Vitry. Appartenant également depuis 1937 à la Fédération CGT, sans poste de responsabilité, il aurait été au moment de son arrestation membre de la CGT légale, collecteur adjoint pour son équipe. Il reconnut avoir participé à l’action des comités populaires, recevant des collectes notamment de la part de Corjon. Ainsi, il aurait pris connaissance de tracts communistes, sans pourtant les diffuser.
Marié en 1939 à Deols (Indre) avec Raymonde Laurent, il fut père d’un enfant qui avait seize mois en 1943.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article8889, notice TARU André, Paul par Marie-Louise Goergen, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 2 avril 2012.

Par Marie-Louise Goergen

SOURCES : Arch. Nat./CAC 800.434, art. 39 (ex-TT 4198), dossier C/SN 36. — Arch. PPo., dossier BS 1 (1943) 235 (affaire Copin). — Notes de Georges Ribeill. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément