JACQUES Marcel

Par Jean-Rémy Bézias

Né le 31 octobre 1903 à Salins-les-Bains (Jura), mort le 29 janvier 1980 à Nice (Alpes-Maritimes) ; chauffeur mécanicien ; militant communiste des Alpes-Maritimes ; résistant.

Chauffeur mécanicien dans une entreprise niçoise de transport de vins, Marcel Jacques était membre du Parti communiste, secrétaire de cellule et, en 1931, chargé du travail antimilitariste par le rayon des Alpes-Maritimes. À la veille de la journée du 1er août 1931, il fut arrêté à Nice en compagnie d’autres communistes niçois. En février 1932, il s’occupa, avec Charvollen, Coniglio, Fortuné et Rouxel, de la réorganisation du sous-rayon de Nice.

Mutilé à la suite d’un accident du travail, il fut candidat en mai 1935 sur la liste municipale de Virgile Barel* et obtint 5 170 voix sur 38 112 votants. Depuis le début de cette même année, il était également trésorier de l’hebdomadaire le Cri des travailleurs, et le resta jusqu’en 1939. Il était membre du comité régional du Parti en 1938. En septembre 1939, il participa au déménagement des permanences de Nice-Centre et de Nice-Nord, pour en dissimuler le matériel, après la dissolution du Parti communiste.

Arrêté à Nice en janvier 1940 alors qu’il participait à l’activité clandestine du PC, il fut condamné le 8 mai 1940 par le tribunal militaire de subdivision de Nice. Il fut emprisonné successivement à Nice, Nîmes, Toulouse, Eysses et Sisteron, d’où il s’évada et rejoignit le maquis de la Drôme au 1er régiment FTPF avec le grade d’adjudant-chef, le 4 juillet 1944.

Après la guerre, il fut contrôleur technique au quotidien l’Aurore du Sud-Est.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article89047, notice JACQUES Marcel par Jean-Rémy Bézias, version mise en ligne le 1er septembre 2010, dernière modification le 1er septembre 2010.

Par Jean-Rémy Bézias

SOURCES : Arch. Nat., F7/13130, rapport du 6 juillet 1932. — Rapports de police non cotés du fonds du cabinet du préfet des Alpes-Maritimes (1931-1935). — L’Éclaireur de Nice, mai 1935. — Le PCF et ses militants dans la Résistance des Alpes-Maritimes, la Trinité Victor, 1976. — Photographie dans J.-R. Bézias, Le Communisme dans les Alpes-Maritimes, 1920-1939, Éd. Serre, 1988.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément