MASSON Arthur

Par Jean-Pierre Besse

Né le 15 septembre 1913 à Bouzincourt (Somme) ; tisseur puis employé aux Ponts et Chaussées ; militant communiste de la Somme, résistant dans l’Eure, la Seine-Inférieure et le Calvados.

Arthur Masson, domicilié à Amiens (Somme) adhéra au Parti communiste en 1936. Mobilisé à Abbeville en 1939, il fut affecté spécial à Amiens à la fin de 1939.Employé au parc automobiles des Ponts et chaussées à partir du 1er octobre 1940, il participa avec Henri Gabet à la reconstitution du Parti communiste clandestin en créant une association Les Jardins ouvriers du faubourg de Hem pour pouvoir tenir des réunions. Il participa aux premières actions de l’OS sur Amiens sous le pseudo de Henri. En septembre 1941 il dut passer dans la clandestinité et le 24 décembre 1941 fit l’objet d’un mandat d’arrêt. Responsable du matériel de propagande au niveau départemental, il dut quitter la Somme en avril 1942.
Il fut successivement responsable du Front national dans l’Eure jusqu’en octobre 1942 puis dans l’Eure-et-Loire de octobre 1942 à octobre 1943 enfin dans la Seine-Inférieure, sous le pseudo de Lucas où il remplaçait Julien Lefranc* nommé interrégional.
Il avait été condamné en octobre 1942 par la section spéciale d’Amiens aux travaux forcés à perpétuité.
Il passa ensuite en février-mars 1944 dans le Calvados où il devint responsable de l’organisation du maquis d’Orbec puis à Lisieux. Il avait alors comme pseudonyme Hector.
A la Libération, il dirigea Le Calvados libre, il était aussi vice président du comité départemental de libération où il représentait le Front national organisation dont il était le secrétaire.
Il fut promu lieutenant FFI en 1945.
De retour à Amiens à la fin de 1945, Arthur Masson fut élu à la direction du Front national et devint le directeur du journal de l’organisation Picardie libre. A la disparition du journal à la fin de 1946, il reprit une activité professionnelle. Il fut membre du comité fédéral communiste dans la Somme en 1946-1947.

Sa femme, Roberte, née en 1917, aide laborantine, représentait l’UFF au comité départemental de libération du Calvados.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article89085, notice MASSON Arthur par Jean-Pierre Besse, version mise en ligne le 3 septembre 2010, dernière modification le 3 septembre 2010.

Par Jean-Pierre Besse

SOURCES : Jean Quellien, "Les pouvoirs à la Libération dans le Calvados", Annales de Normandie, mars 1994 – Jacques Lejosne, Les martyrs de la Résistance dans l’Amiénois, 2001 – Gérald Maisse, Occupation et Résistance dans la Somme 1940-1944, Editeur Paillart, Abbeville, 2005.

Jacques Lejosne, {Les martyrs de la Résistance dans l’Amiénois}, 2001, p. 61.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément