LEROY René, Julien, Roland

Par Jean-Pierre Besse, Jacques Blanchard, Dominique Tantin

Né le 24 février 1904 à Niort (Deux-Sèvres), mort le 12 avril 1948 à Souché, commune aujourd’hui rattachée à Niort ; employé des PTT ; dirigeant communiste des Deux-Sèvres ; conseiller général ; résistant FTPF.

Sépulture de René Leroy et de son épouse au cimetière de Souché
Sépulture de René Leroy et de son épouse au cimetière de Souché
Crédit : Dominique Tantin

René Leroy était le fils de Julien, maréchal des logis au 7e Hussard en garnison à Niort, et de Marie Louise Maudon, son épouse. Le 23 octobre 1926, à Souché, René Leroy épousa Germaine Roullet.
René Leroy s’inscrivit au Parti communiste en 1933. Il en fut le secrétaire régional pour le département des Deux-Sèvres dès 1937 puis après la guerre. Candidat aux élections législatives de 1936 dans la deuxième circonscription de Niort, il obtint 908 voix au premier tour, contre 4 046 à Richard, radical-socialiste, 3 049 à Guélin, modéré, 2 125 à René Hudeley, SFIO, et 1 370 à Jean de la Porte, USR. Il se désista au second tour pour Richard, candidat unique du Front populaire. En 1937, il fut candidat au conseil général dans le 2e canton de Niort, sans succès. Les Deux-Sèvres comptaient alors un millier d’adhérents répartis en 76 cellules locales et trois cellules d’entreprises.
En septembre 1939, il fut arrêté, pour détention de tracts en vue de leur distribution, et condamné le 8 janvier 1940 par le tribunal militaire de Tours à cinq mois de prison et cinq cent francs d’amende. Il était alors agent des lignes PTT, domicilié à Souche. Les tracts étaient intitulés : « Attention aux provocateurs, mouchards, escros (sic) et trotskistes » « liste noire des provocateurs, traitres, mouchards, chassés des organisations ouvrières en France ».
Pendant la Seconde Guerre mondiale, René Leroy milita clandestinement dans la région parisienne. Il s’engagea dans les FTPF (alias Commandant Château) et fut homologué Interné Résistant.
En 1945, il représentait le Parti communiste au Comité départemental de libération des Deux-Sèvres et fut élu conseiller général. Il se présenta aux élections à la première Assemblée constituante du 21 octobre 1945, sur la liste du PC, pour les Deux-Sèvres, avec François Goutefangea, Edmond Boisseau et Pierre Michaud. Il était aussi membre du bureau fédéral et premier adjoint au maire de Souché. Il milita également au sein du syndicat des employés des PTT.

Une rue de Niort (quartier de Souché) porte son nom.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article89171, notice LEROY René, Julien, Roland par Jean-Pierre Besse, Jacques Blanchard, Dominique Tantin, version mise en ligne le 18 septembre 2010, dernière modification le 26 août 2019.

Par Jean-Pierre Besse, Jacques Blanchard, Dominique Tantin

Sépulture de René Leroy et de son épouse au cimetière de Souché
Sépulture de René Leroy et de son épouse au cimetière de Souché
Crédit : Dominique Tantin

SOURCES : Arch. Dép. Deux-Sèvres, 3 M 11/41 et 42, 3 M 12/57, 4 M 13/4E. — Archives de la justice militaire au Blanc, minutes du tribunal militaire de Tours. — Le semeur, 1946. — Enquête auprès de militants. — Mémoire des Hommes. — SHD Vincennes GR 16 P 366470 et Caen SHD/AVCC AC 21 P 562559 (à consulter). — Etat civil en ligne (Arch. Dép. Deux-Sèvres).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément