ISOARD Max, Pierre

Par Jacques Girault, Jean-Claude Lahaxe

Né le 16 juillet 1937 à Auzet (Alpes-de-Haute-Provence) ; professeur de l’enseignement technique professionnel ; militant syndicaliste du SNETP-CGT ; militant communiste dans les Bouches-du-Rhône puis dans les Alpes-de-Haute-Provence.

Fils d’un agriculteur, Max Isoard, titulaire d’une licence ès sciences, après avoir été élève d’une École normale nationale d’apprentissage, devint professeur dans l’enseignement technique court. Membre du Syndicat national de l’enseignement technique professionnel CGT depuis 1960, en 1961, secrétaire de la section syndicale de son établissement, il devint le secrétaire de la section des Bouches-du-Rhône au milieu des années 1960.

Isoard adhéra à l’Union de la jeunesse républicaine de France en 1952 et fut le secrétaire du cercle de la Jeunesse communiste de Digne (Alpes-de-Haute-Provence) en 1955. Il rejoignit le Parti communiste français en 1956 à Auzet. Etudiant à Aix-en-Provence, il fut secrétaire d’un cercle de l’Union des étudiants communistes en 1958-1959.

Marié avec une professeure communiste, père de trois enfants, Isoard était membre du conseil d’administration de comités de parents d’élèves.

Secrétaire de la section communiste de Marignane, Isoard devint membre de la commission de contrôle financier de la fédération communiste des Bouches-du-Rhône le 3 mai 1964 et fut renouvelé le 13 juin 1965.

Isoard déploya une grande activité en mai 1968 dans le secteur de l’Etang de Berre. Il participa à la journée d’action organisée le 13 à Marignane. Deux jours plus tard, il manifesta devant le lycée Langevin (Martigues) avec les élèves de ce lycée et ceux des collèges d’enseignement technique de Port-de-Bouc et de Marignane. Il prit la parole lors des meetings organisés au parc Camoin (Marignane) les 24 et 29 mai et réclama ce jour-là « La gauche au pouvoir ».

Isoard fut muté dans le lycée d’enseignement professionnel David Neel de Digne où il habitait. Secrétaire de la section communiste de cette ville, il fut membre du comité (1974-1977), du bureau (1977-1979), puis à nouveau du seul comité fédéral (1979-1982) de la fédération communiste et assura, au milieu des années 1970, le secrétariat fédéral de la Jeunesse communiste.

Après avoir été présenté aux élections municipales à Marignane en 1971, il fut le candidat communiste du Conseil général dans le canton de Digne en 1973.

Dans les années 2000, Max Isoard était toujours le président des associations de chasse des Alpes de Haute-Provence.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article89204, notice ISOARD Max, Pierre par Jacques Girault, Jean-Claude Lahaxe, version mise en ligne le 20 septembre 2010, dernière modification le 3 juillet 2021.

Par Jacques Girault, Jean-Claude Lahaxe

SOURCES : Archives du comité national du PCF. — La Marseillaise (édition de l’Etang de Berre), mai 1968.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément