HAMON James, Justin, Georges

Né le 9 mai 1927 à Épeautrolles (Eure-et-Loir), mort le 14 avril 2020 ; ouvrier puis inspecteur du Gaz ; militant communiste ; syndicaliste CGT, président des CMCAS de Paris-Gaz, Paris puis Chartres (Eure-et-Loir), administrateur de la CCAS.

James Hamon eut un père ouvrier agricole et une mère sans profession. Il était le second d’une famille de neuf enfants. Il obtint son certificat d’études primaires en 1940 au retour de l’exode dans le Loir-et-Cher puis travailla dans une ferme. De novembre 1944 à la fin octobre 1946, il fut apprenti charron à Sandarville (Eure-et-Loire). Le 4 décembre 1946, il s’engagea dans le régiment des sapeurs-pompiers de Paris pour quatre ans. Le 12 mars 1950, il fut embauché au centre de distribution Paris-Gaz comme manœuvre à la charpente puis ouvrier professionnel menuisier, affûteur et toupilleur aux ateliers du siège, rue Pétrelle (Paris, IXe arr.). En 1957, après avoir réussi au concours, il devint inspecteur, fonction qu’il assuma jusqu’en 1963.

James Hamon, qui avait adhéré à la CGT en 1952, assuma successivement toutes les tâches de la section syndicale des ateliers jusqu’à la responsabilité de secrétaire général. Il devint ensuite membre de la commission exécutive puis du bureau du syndicat de Paris-Gaz et à ce titre siégea dans différents organismes statutaires du centre (commission secondaire, comité local de la médecine du travail, comité d’hygiène et de sécurité). Administrateur élu de sa Caisse mutuelle complémentaire d’action sociale (CMCAS), secrétaire général en 1962, il en devint le président en février 1963. Par ailleurs, en octobre 1958, James Hamon avait adhéré au Parti communiste ; il devint par la suite membre du comité de la section Rochechouart à Paris (IXe arr.).

En 1963, il fut désigné par la Fédération CGT de l’Éclairage administrateur suppléant de la Caisse centrale d’activités sociales (CCAS) et conserva ses responsabilités jusqu’au 27 octobre 1964, date à laquelle il fut élu pour trois ans président du Comité de coordination des CMCAS. À nouveau administrateur de la CCAS à partir de 1967, il en fut successivement le trésorier général adjoint puis le secrétaire général adjoint et enfin le trésorier général. De mai 1970 à janvier 1975, James Hamon fut élu président de la CMCAS de Paris, née à la suite de la fusion des centres EDF de Paris-Gaz et Paris-Électricité qui avaient chacun leur CMCAS.

Mis en inactivité le 1er juin 1982, James Hamon resta administrateur suppléant de la CCAS jusqu’en 1984. Il se retira à Miseray près d’Épeautrolles où il resta un militant syndical actif. Dès son arrivée, il fut membre du bureau de la section syndicale des retraités et veuves du syndicat du personnel d’EDF-GDF d’Eure-et-Loire, en fut élu secrétaire général en octobre 1986, fonction qu’il occupait encore en janvier 1996. Il avait été élu administrateur de la CMCAS de Chartres en mai 1983, fut membre de son bureau en janvier 1986 puis son secrétaire général d’octobre 1990 à octobre 1992. En mai 1986, il participa à la création des Mutuelles d’Eure-et-Loire (UMEL), adhérente à la Fédération des mutuelles de France, dont il devint le secrétaire général. Depuis 1984, il était secrétaire général adjoint de l’Union syndicale des retraités CGT d’Eure-et-Loire dont il était membre du conseil départemental depuis février 1984. Enfin, jusqu’en juin 1986, James Hamon avait appartenu à la commission exécutive de l’Union départementale CGT d’Eure-et-Loire.

James Hamon s’était marié le 17 juin 1950 à Paris (XIIe arr.) et avait eu deux enfants. Divorcé en 1976, il s’était remarié le 10 juin 1978.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article89235, notice HAMON James, Justin, Georges, version mise en ligne le 21 septembre 2010, dernière modification le 15 avril 2020.

SOURCES : Autobiographie fournie par l’intéressé (janvier 1996). – Archives de la FNE-CGT et de la CCAS.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément