THÉBAULT Alfred

Par René Bianco complété par Claude Pennetier

Né le 2 février 1893 à Lambezellec (Finistère), mort le 13 mars 1974 à Rouen (Seine-Maritime) ; traminot puis docker puis forain ; militant libertaire.

Né dans une famille très pauvre, fils de Charles, Émile Thébault et d’Adèle, Joséphine Scouannec, Alfred Thébault se maria le 8 décembre 1914 au Havre (Seine-Inférieure, Seine-Maritime) avec Eugénie, Henriette Bouteiller. Ils eurent un premier fils Charles, né au Havre le 14 septembre 1914, légitimé par le mariage de ses parents, décédé de la fièvre typhoïde en 1932. Ils ont eu un deuxième fils mort à deux ans , puis une fille, Mireille Thébault, née le 15 mai 1925 à Rouen.

Il dut travailler très tôt pour subvenir à ses besoins. Classé soutien de famille, il fut réformé temporairement le 12 octobre 1913 pour insuffisance générale, il fut rappelé le 2 octobre 1914 et versé au service auxiliaire. Détaché aux tréfileries et laminoirs du Havre, puis passa au 129e RI le 1er juillet 1917.

Après quelques petits métiers, il devint l’un des assistants du célèbre illusionniste Benevole qui sympathisait avec les idées libertaires et influença profondément le jeune homme. Devenu successivement receveur aux tramways de Brest (Finistère) puis docker au Havre (Seine-Inférieure), Thébault se lia d’amitié avec Jules Durand. Réformé, il anima un mouvement de grève aux tréfileries du Havre en 1917 et fut licencié en novembre 1918. Il partit alors s’installer à Rouen comme forain, activité qu’il devait exercer jusqu’à la fin de sa vie.

Pendant plusieurs années, Alfred Thébault assura le secrétariat du groupe de Rouen de l’Union anarchiste et diffusa la littérature anarchiste au cours de ses déplacements. Lors de la guerre d’Espagne, il fonda une petite colonie pour les enfants réfugiés.

Mobilisé en septembre 1939 et au 31 RI, il fut renvoyé dans ses foyers le 18 janvier 1940. Il organisa par la suite une petite coopérative de consommation qui fonctionna jusqu’à la fin de la guerre. En 1944, il participa à la reconstitution du mouvement libertaire auquel Alfred Thébault resta fidèle jusqu’à sa disparition dans la nuit du 12 au 13 mars 1974.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article89274, notice THÉBAULT Alfred par René Bianco complété par Claude Pennetier, version mise en ligne le 23 septembre 2010, dernière modification le 14 octobre 2015.

Par René Bianco complété par Claude Pennetier

SOURCES : Cahiers de l’humanisme libertaire, n° 207, 1984. — Le Monde libertaire, n° 200, avril 1974. — Témoignage de R. A. Paon. — Notes de Michelle Philbert.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément