CLÉACH Pierre, Jean. Pseudonyme à l’ELI : LEBON Pierre (DBK)

Par René Lemarquis

Né le 27 février 1903 à Saint-Guénolé-Penmarch (Finistère), mort le 20 novembre 1962 à Penmarch (Finistère) ; marin pêcheur puis marin de commerce ; militant communiste du rayon de Pont Labbé ; élève de l’ELI en 1935-1936.

Il reste une incertitude sur l’identification de cet élève de l’École léniniste internationale ayant le pseudonyme de Lebon. Il s’agit sans doute de CLEACH dit Lebon car il dit participer au congrès fédéral des marins-pêcheurs CGTU en 1931. Or c’est Cléach qui apparaît dans les comptes rendus du congrès.

Le père de Pierre Cléach était un marin pêcheur, mort en 1934 ; la mère ouvrière dans une usine de conserves, tous deux d’origine paysanne. Cette situation familiale était assez courante dans le district maritime du Guilvinec, où les populations maritimes furent fortement touchées par le mouvement ouvrier entre-les-deux-guerres. Ses parents avaient trois enfants : les frère de Pierre était marin pêcheur et sa sœur employée chez un mareyeur. À treize ans, Pierre Cléach commença tout de suite à travailler à Saint-Guénolé comme mousse sur un bateau de pêche et y resta jusqu’à l’âge de dix-neuf ans. Il partit alors à Dunkerque où il embarqua comme matelot sur des navires de commerce des Messageries maritimes. Il voyagea jusqu’en Chine et au Japon. À son retour, il effectua son service militaire pendant trois ans au dépôt des équipages de la Flotte à Brest en tant qu’inscrit maritime et fut secrétaire pendant seize mois au Ministère de la marine à Paris. Après 1926, il travailla successivement comme marinier sur une péniche, matelot sur un bateau marchand qui effectuait des voyages sur les côtes africaines (il y contacta le paludisme) puis sur un navire qui l’emmena jusqu’en Australie. En septembre 1929, il embarqua sur un bateau de pêche et y resta employé jusqu’à 1935, date de son départ pour l’École léniniste internationale de Moscou.

Pierre Cleach adhéra au Parti communiste au début 1931 au rayon de Pont-l’Abbé. Ili fut chargé par le secrétaire régional de réorganiser la cellule de Saint-Guénolé-Penmarch dont il devint secrétaire. Il était également membre du comité régional. La région bretonne était très faible en militants et en effectifs écrivait-il en 1935. Cleach fut candidat au conseil général en 1934 et tête de liste aux municipales de mai 1935. Mais, il militait surtout sur le plan syndical.

En 1930, il était secrétaire du syndical local des marins-pêcheurs affilié à la CGTU et participa la même année au congrès de la CGTU sous le nom de P. Cléach. Il anima les grèves professionnelles de 1932 comme secrétaire permanent du comité intersyndical des marins-pêcheurs à Douarnenez. En 1935, « avec l’attitude nouvelle du parti vis-à-vis des syndicats », pour dépasser l’isolement des unitaires, il forma un syndicat autonome de masse des pêcheurs de Saint-Guénolé fort de plus de trois cents membres. Ce syndicat « appliquait en fait la politique du parti dans le domaine syndical » et Cleach était assuré qu’il rejoindrait la CGTU après la réunification. Son activité lui valut divers interrogatoires et menaces de la police, mais il ne fut pas poursuivi car il jouissait, affirmait-il, « d’une influence assez forte et une condamnation aurait déclenché de grands mouvements de protestation » dans tous les ports de la région.

Pierre Cleach fut envoyé à l’École léniniste internationale de Moscou. À son arrivée, le 1er octobre 1935, la commission de l’école demanda l’examen de son système nerveux. Le rapport de fin d’études est élogieux : après avoir éprouvé des difficultés (en particulier dans l’expression orale), il avait accompli des progrès sérieux ; ses rapports écrits étaient bien charpentés, son argumentation était bonne ainsi que son style qui « prouve qu’il a une éducation générale meilleure que la majorité des étudiants de ce secteur (le secteur I [francophones]) ». Un autre rapport le définissait comme « fort politiquement et théoriquement ayant beaucoup appris. Très discipliné. S’extériorise mieux par la plume que par la parole ». L’évaluation se décomposait de la manière suivante : « académique : bon ; politique assez bon ; social : assez bon ; liaison masse : faible. Défaut : caractère très vif.. Qualités particulières : rédaction organisation ». (RGASPI 517 1 1113. Mais, son caractère assez fermé a obligé à être « très souple avec lui ».

Son départ de Moscou avait été fixé au 15 janvier 1937.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article89329, notice CLÉACH Pierre, Jean. Pseudonyme à l'ELI : LEBON Pierre (DBK) par René Lemarquis, version mise en ligne le 26 septembre 2010, dernière modification le 12 octobre 2010.

Par René Lemarquis

SOURCES : RGASPI, 495 270 4984 : autobiographie du 9 juillet 1935 ; questionnaire d’entrée à l’ELI ; rapport de fin d’études : 13 juillet 1936 ; : RGASPI, 531 1 176, liste de 34 élèves dont le passeport a expiré, avril-novembre 1936. — Notes de Sylvain Boulouque. — Etat civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément