MAIRESSE William, Willem, Willy. Pseudonyme à l’ELI : LEBLANC Georges

Né le 10 septembre 1911 à Paris (XVe arr. ou XVIIIe arr.), mort le 23 mars 2001 à Louviers (Eure) ; ouvrier plombier-zingueur puis cheminot ; élève de l’ELI en 1935-1936 ; militant communiste et élu du Blanc-Mesnil (Seine-et-Oise, Seine-Saint-Denis).

Willem Mairesse, photographies dans les dossiers du Komintern
Willem Mairesse, photographies dans les dossiers du Komintern

Fils d’un militant communiste, Willem Mairesse fréquenta l’école primaire pendant trois ans et sortit sans le certificat d’études. Il commença à travailler à quatorze ans car sa mère n’avait pas de ressources. Il fut groom dans une banque puis électricien et plombier. Après son service militaire à Metz comme 2e classe avec un travail antimilitariste, il retourna vivre chez sa mère et son frère. Il avait également deux sœurs dont l’une avait épousé un communiste.

Ouvrier dans une usine de Saint-Denis avec son beau-frère, il adhéra aux Jeunesses communistes en 1933, fut secrétaire d’un rayon et membre du bureau régional Paris-Nord. « Il est vérifié dans le travail à l’armée » nous dit un rapport interne. Lors de la dissidence de Jacques Doriot, son soutien alla au comité central du Parti communiste. Sa culture politique était faible et il signalait lui-même qu’il n’avait lu aucun "auteur révolutionnaire". Il était membre du SRI, des Amis de l’URSS et des Comités de défense de l’Humanité.

Élève de l’ELI (École léniniste internationale) de Moscou en 1935-1936, il eut une évaluation sévère du Cercle des jeunes qui le classait parmi les "plus faibles" : "jeune camarade du bâtiment, a eu beaucoup de difficultés à suivre les cours, son niveau politique était trop faible pour venir ici, il convenait mieux pour une école en France. Son éducation générale est très faible. Il a suivi ici des cours de français. C’est un élément très sain qui a un peu d’expérience pratique, un bon prolo, mais qui avait une préparation insuffisante pour venir ici. Son passage à l’ELI lui sera moins profitable qu’aux autres camarades" (13 juillet 1936).

De retour en France, il aurait emprisonné pendant dix jours à Bordeaux, peut-être pour ne pas s’être présenté à temps pour une période de réserve. Il fut embauché le 13 janvier 1937 à la la compagnie des chemins de fer du Nord (devenue SNCF) comme manœuvre au dépôt de la Plaine Saint-Denis et se maria en mai de la même année au Blanc-Mesnil avec Suzanne Berlan.

Mobilisé en septembre 1939 (la SNCF n’avait pas demandé à la garder comme affecté spécial), prisonnier de guerre en juin 1940, l’armée allemande l’envoya à Wuppertal dans une fabrique de locomotive. Selon son témoignage, ses camarades et lui s’évertuèrent à multiplier les actes de sabotage. Il tenta de s’évader trois fois avant d’être envoyé au camp de représailles de Rawa Ruska (Pologne). Son épouse était déportée à Ravensbruck.

L’un et l’autre revinrent en France à la mi-juin 1945. Invalide de guerre, titulaire de la médaille d’interné résistant, de la médaille militaire et de la médaille de combattant volontaire de la Résistance, il fut un militant communiste actif du Blanc-Mesnil. Il fut conseiller municipal de Blanc-Mesnil de 1953 à 1947.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article89465, notice MAIRESSE William, Willem, Willy. Pseudonyme à l'ELI : LEBLANC Georges, version mise en ligne le 29 septembre 2010, dernière modification le 25 janvier 2011.
Willem Mairesse, photographies dans les dossiers du Komintern
Willem Mairesse, photographies dans les dossiers du Komintern
Mairesse en mobylette
Mairesse en mobylette
Mairesse à son domicile du Blanc-Mesnil
Mairesse à son domicile du Blanc-Mesnil

SOURCE : RGASPI 495 270 1726, dossier constitué lors de son séjour à l’ELI. — État civil de Suzanne Mairesse. — Renseignements communiqués par les Arch. Com. Le Blanc-Mesnil en janvier 2011.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément