JORLAND Patrice

Par Jacques Girault

Né le 8 octobre 1940 à Saïgon (ville-Hochiminh, Vietnam) ; professeur puis conseiller culturel ; militant communiste ; spécialiste du Japon et de l’Extrême-Orient.

Son père, enseignant devenu chef d’établissement, décéda en 1954. Sa mère, née au Caire (Egypte), d’origine italienne, naturalisée par mariage, devint enseignante après le décès de son époux. Ils avaient six enfants qui furent baptisés. Patrice Jorland vécut jusqu’en 1945 au Vietnam, détenu dans un camp de concentration japonais de mars à septembre 1945, puis au Cambodge et à nouveau au Vietnam, de 1950 à 1953.

Elève-professeur (IPES) à partir de 1961, Patrice Jorland enseigna à partir de 1966, dans des établissements de l’enseignement technique depuis les classes préparant le brevet d’enseignement professionnel jusqu’aux classes de préparation aux écoles de commerce. il était alors adhérent du Syndicat national de l’enseignement secondaire puis du nouveau SNES. Il effectua son service militaire en coopération comme enseignant au lycée franco-japonais de Tôkyô (1967-1969). Agrégé, diplômé en sciences politiques (Institut d’études politiques de Paris), section "relations internationales", il exerça dans des universités au Japon.

Entre 1979 et 1983, patrice Jorland devint correspondant de l’Humanité au Japon et en Extrême-Orient. De 1983 à 1987, il fut conseiller culturel et de coopération scientifique et technique de l’ambassade de France en République socialiste du Vietnam) et, de 2000 à 2004, conseiller culturel adjoint de l’ambassade de France au Japon.

Il se maria avec une vietnamienne, naturalisée française. Le couple eut une fille, née à Hanoï. Son épouse appartenait à une très large famille par alliance résidant au Vietnam, qui n’avait pas de pratique religieuse.

Patrice Jorland adhéra aux Jeunesses communistes en 1957, puis au Parti communiste français en 1959. Membre du comité du Xe arrondissement de Paris du PCF, spécialiste du Japon et des relations internationales du continent asiatique, membre de la section du comité central chargée de la politique extérieure (la « polex ») à partir de 1961, il fut membre de son bureau dans les années 1970. Il était aussi membre du comité de rédaction de la revue Recherches internationales. Il devint secrétaire général de l’Association d’Amitié franco-vietnamienne.
Il fut le suppléant du candidat communiste dans la huitième circonscription de Paris (Xe arr.) aux élections législatives de 1973.

Patrice Jorland, qui avait cessé d’appartenir au PCF de 1999 à 2005, réadhéra par la suite. Il habitait à Palaiseau (Essonne) depuis 1994. Il avait participé à la traduction de l’ouvrage d’Edward N. Luttwack, Le turbo-capitalisme : les gagnants et les perdants de l’économie globales (Paris, Odile Jacob, 1999). Il participa en mars 2016 à la maison de la Chimie à Paris à un colloque organisé par la fondation Gabriel Péri sur la situation du Viet Nam après le XIIe congrès du PCV.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article89776, notice JORLAND Patrice par Jacques Girault, version mise en ligne le 19 octobre 2010, dernière modification le 28 juin 2021.

Par Jacques Girault

SOURCES : Archives du comité national du PCF. — Le Monde, 23 juillet 1983. — Renseignements fournis par l’intéressé et site Mémoires d’Indochine. — Note d’Alain Dalançon.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément