JOUVENCEAU Étienne, Marius, Joseph

Par Jacques Girault

Né le 30 juillet 1915 à La Seyne (Var), mort le 3 octobre 2001 à Toulon (Var) ; instituteur ; militant syndical ; conseiller municipal et adjoint au maire de La Seyne ; militant associatif.

Son père, originaire de Saint-Mandrier, électeur socialiste, ouvrier menuisier, mobilisé à l’Arsenal maritime de Toulon, après la guerre, travailla aux Forges et Chantiers de la Méditerranée à La Seyne, puis dans la menuiserie Roux à La Seyne avant de rentrer en 1931 à l’Arsenal où il resta jusqu’à sa retraite. Étienne Jouvenceau, élève de l’école primaire supérieure Martini à La Seyne, entra à l’Ecole normale d’instituteurs de Draguignan (Var) en 1932 (promotion « Lou Mistraou »). Il y fut le responsable en 1933-1935 du groupe de jeunes socialistes créé parmi les élèves-maîtres sous l’égide du Parti socialiste de France et du député Auguste Reynaud*.

Nommé instituteur à Villecroze, Jouvenceau y enseigna jusqu’en 1946, puis fut muté à l’école de garçons de Six-Fours en 1946, et, l’année suivante à l’école François Durand à La Seyne où il termina sa carrière en 1970.

Jouvenceau se maria en août 1938 à Villecroze. Le couple eut une fille.

Exempté du service militaire, Jouvenceau fut mobilisé en novembre 1939 dans un régiment du Génie à Avignon. Affecté au peloton des élèves officiers d’administration de Bordeaux, il fut envoyé en juin 1940 au Secteur fortifié des Alpes-Maritimes. En octobre 1940, il reprit son poste d’instituteur. Inscrit à l’Armée secrète puis au Mouvement de Libération nationale, il n’eut pas d’activité combattante de Résistance.

Jouvenceau siégea au conseil syndical de la section départementale du Syndicat national des instituteurs de 1947 à 1951 pendant deux mandats de 1947 à 1951.

Jouvenceau adhéra au Parti communiste français de 1945 à 1947 à Six-Fours puis resta en marge du parti dans un cercle étroit de sympathisants. Il participa et parfois anima diverses sociétés culturelles de La Seyne (entente philatélique, Jeunesses musicales, Amis de La Seyne ancienne et moderne, philharmonie La Seynoise, France-URSS).

Jouvenceau devint conseiller municipal, le 8 février 1959 sur la « Liste d’union républicaine de défense des intérêts communaux et de défense des réalisations sociales » présentée par la PCF. Il fut membre de la Caisse des écoles et nommé président du comité permanent des fêtes, fonction qu’il exerça jusqu’en 1983. Réélu le 14 mars 1965 (« Liste d’union républicaine de défense des intérêts communaux, des réalisations sociales, pour l’élimination du pouvoir personnel, pour la démocratie », membre des commissions de l’école municipale de musique à partir de sa création en 1966 dont il fut un des artisans, de l’Office municipal de la Culture et des Arts, de la bibliothèque municipale) et le 14 mars 1971 (« Liste d’union pour la gestion sociale, moderne et démocratique », membre des mêmes commissions), il devint adjoint au maire après le décès d’Alex Peiré, délégué à l’état civil, à l’école municipale de musique et au comité permanent des fêtes). Réélu conseiller municipal au deuxième tour, le 20 mars 1977 (« Liste d’union de la gauche et de tous les démocrates pour une gestion sociale, humaine et démocratique »), il fut élu septième adjoint (délégué aux œuvres sociales et scolaires, président de la Caisse des écoles, responsable de la musique et du comité permanent des fêtes) ; il était le vice-président des « amis de Berdiansk », ville soviétique jumelée avec la ville. Il ne se représenta pas en 1983 aux élections municipales.

Jouvenceau, depuis 1970, collaborait bénévolement à la chronique locale du quotidien Le Petit Varois, devenu Le Petit Varois-La Marseillaise. De 1970 à 1972, dans ce journal, il intervenait dans une rubrique politique quotidienne sous le titre « Le Point de vue de … Tienne ».

Jouvenceau présidait la société musicale « La Seynoise » depuis janvier 1975. Depuis 1981, il était le vice-président de la société des Amis de La Seyne ancienne et moderne. En outre il exerçait des responsabilités départementales (vice-présidence de la Fédération musicale du Var depuis 1982, membre du comité directeur de « Loisirs et sports du Var »). Il était toujours actif dans l’association France-URSS et dans l’Entente philatélique.

Jouvenceau cessa ses activités en 1994 pour des raisons de santé. Ses obsèques furent religieuses.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article89812, notice JOUVENCEAU Étienne, Marius, Joseph par Jacques Girault, version mise en ligne le 20 octobre 2010, dernière modification le 20 octobre 2010.

Par Jacques Girault

SOURCES : Presse locale et syndicale. — Site Internet « site-marius-autran.com ». — Renseignements fournis par l’intéressé.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément