CHIEUS Henri

Par Yvette Fabre-Anselin

Né le 22 janvier 1919 à Chartres (Eure-et-Loir), mort le 25 janvier 1943 à Lille lors d’une évasion ; métallurgiste ; militant communiste du Nord et résistant FTP.

Frère de Louis Chieus et Émile Chieus , Henri Chieus, titulaire du brevet supérieur, fut métallurgiste (ajusteur mécanicien). Au début de la guerre, il combattit comme soldat dans l’est sous le commandement de De Gaulle. Prisonnier, il put s’évader, mais à Ennetières-en-Weppes, il fut livré comme otage et interné dans les environs de Valenciennes. Libéré quelque temps plus tard, il refusa d’aller travailler en Allemagne et entra dans la clandestinité.

Sur dénonciation, une perquisition fut faite chez lui par des agents des renseignements généraux et, immobilisé par une jaunisse fébrile, Henri Chieus fut arrêté le 14 janvier 1943, comme en témoigne le rapport de deux inspecteurs « Agissant en vertu d’un mandat d’amener délivré par M. [...], juge d’instruction à Lille [...] nous nous sommes présentés et avons donné lecture du mandat d’amener le concernant, l’inculpant d’activité communiste [...]. » Amené à l’hôpital de la Charité, onze jours après son arrestation, il trouva la mort le 25 janvier 1943 en tentant de s’évader. À son enterrement, le cimetière d’Ennetières-en-Weppes était surveillé ; le commissaire aux renseignements généraux en informa le jour même 29 janvier, le préfet du Nord : « J’ai l’honneur de vous faire connaître que les obsèques du nommé Chieus Henri [...] qui avait été arrêté le 14 janvier courant [...] pour détention de tracts communistes [...] ont eu lieu ce jour à 15 heures à Ennetières-en-Weppes. A cette occasion, j’ai fait effectuer une surveillance discrète dans cette localité à l’effet de déceler la présence éventuelle d’individus ayant des attaches avec les organisations communistes ou terroristes [...]. » En fait, des policiers ont interrogé des participants — tel André Simoëns alors enseignant à Haubourdin — et même perquisitionné chez certains d’entre eux.

Henri Chieus a obtenu la Légion d’honneur à titre posthume.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article89853, notice CHIEUS Henri par Yvette Fabre-Anselin, version mise en ligne le 26 octobre 2010, dernière modification le 26 octobre 2010.

Par Yvette Fabre-Anselin

SOURCES : Arch. Dép. Nord 1 W Cabinet du Préfet (1940-1949) 1 W 1345. — Témoignage d’Émile Chieus (son frère).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément