ILBERT Léon

Par Jean Maitron, Claude Pennetier

Né le 11 avril 1893 à Cahors (Lot) ; commis ambulant des PTT ; militant communiste de la Seine.

Révoqué, Léon Ilbert était, en 1922, secrétaire de la 20e section communiste de la Seine et animateur d’un groupe de pupilles communistes. Il habitait 1 rue Victor-Letalle (XXe arr.). Représentant de la « gauche » au comité fédéral de la Seine en 1922-1923, il fut pressenti comme trésorier permanent. Mais un militant protesta affirmant qu’il avait été, plusieurs années auparavant, accusé de vol d’argent. La commission des conflits rejeta une demande d’exclusion, tout en demandant son retrait de toute fonction. Selon une lettre de Humbert-Droz à Zinoviev datée du 12 février 1923 : « Suzanne Girault* déchira cette décision et en fit refaire une favorable au maintien de Ilbert » (Humbert-Droz, Origines, pp. 373 et 441).

La police signala son voyage clandestin dans la Ruhr en janvier 1923. En 1924-1925, Léon Ilbert était un des responsables des groupes d’autodéfense dirigés par Francis Desphelippon*. À ce titre, il prit peut-être part, en avril 1925, aux incidents de la rue Damrémont marqués par des échanges de coups de feu meurtriers entre les communistes et les Jeunesses patriotes. Lors d’une perquisition à son domicile, la police saisit deux documents cités au procès : une circulaire d’Ilbert destinée aux « chefs de groupe », sur l’armement des hommes et sur le recensement des forces d’extrême droite et de police ; un autre document d’avril 1924 décrivait le camp d’aviation du Bourget.

Ilbert fut délégué et orateur au congrès de Clichy (17-21 janvier 1925). La Révolution prolétarienne de juillet 1926 le disait « écarté » du Comité central, ainsi que Paul Cadeau* et François Sauvage (liés à A. Treint et S. Girault). En fait, il n’avait jamais siégé dans cette instance.

Dans le Cri du Peuple du 22 octobre 1930, Lucie Colliard rappelant les accusations dont il avait été l’objet, affirmait qu’il avait « depuis été exclu ».

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article89902, notice ILBERT Léon par Jean Maitron, Claude Pennetier, version mise en ligne le 2 novembre 2010, dernière modification le 13 avril 2020.

Par Jean Maitron, Claude Pennetier

SOURCES : Arch. PPo. 50, juillet 1922. — Arch. Dép. Nord, M 154/195 C. — Arch. A. Marty (Jean Maitron), B XXI (évocation d’un Ilbert (le même ?) en conflit avec Vottero en 1930). — Le Bulletin communiste, 5 octobre 1922. — La Révolution prolétarienne, juillet 1926. — Le Cri du Peuple, 22 octobre 1930. — Humbert-Droz, Les Origines des partis communistes..., op. cit. — A. Vassart, Mémoires, op. cit., p. 86. — État civil de Cahors : Léon Ilbert ne figure pas sur le registre des naissances.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément