IVANOV ou IVANOFF Dimitri

Par Daniel Grason, Jean Maitron

Né en 1900 en Russie ; mineur, chauffeur ; membre de l’Union pour le rapatriement ; volontaire en Espagne républicaine.

Dimitri Ivanov était titulaire du baccalauréat, il parlait russe, français, espagnol et une langue slave, il adhéra au Secours Rouge international (SRI). Il était membre de l’Union pour le rapatriement qui deviendra l’Union des amis de la patrie soviétique dont le siège était 12, rue de Buci, Paris VIe arr. (Seine). Cette association constituait un centre d’information qui renseignait les autorités soviétiques et surveillait les Russes blancs. La propagande de l’Union pour le rapatriement n’était pas sans impact, quelques milliers de russes seraient retournés en URSS dans les années vingt par son entremise.

L’association vivait officiellement des cotisations d’environ six cents adhérents et des bénéfices de deux soirées artistiques organisées chaque année à la salle des Horticulteurs à Paris. L’ambassade soviétique versait une subvention mensuelle dont le montant était inconnu des simples adhérents. Le président de l’association était Paul Belooussoff*, son rôle était honorifique. L’homme fort était Alexandre Tveritinoff*, secrétaire général et trésorier, homme de confiance de l’ambassade, c’était par lui que les subsides transitaient.

Plusieurs membres de cette association s’engagèrent dans les Brigades internationales : Georges Chibanoff*, Léon Narvitch*, Constantin Koupavkine*, Pierre Timofieff et quelques autres. Certains contribueront en 1944 à organiser les prisonniers de guerre russe dans des maquis en France, puis dès la libération ils seront des militants actifs pour le rapatriement volontaire ou non des prisonniers de guerre russe en Union soviétique.

Il arriva en Espagne le 28 octobre 1937, fut incorporé à la XIIIe Brigade internationale, 52e bataillon, 1e compagnie. Lors des combats, il fut blessé à la tête et à la jambe gauche. Il figurait sur la liste des trois cents quarante volontaires russes engagés dans les Brigades internationales. À la déclaration de guerre, en 1939, il s’engagea dans l’armée française pour la durée de la guerre.

En 1978, il était membre de l’AVER ; il habitait alors Poitiers (Vienne).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article90006, notice IVANOV ou IVANOFF Dimitri par Daniel Grason, Jean Maitron, version mise en ligne le 2 novembre 2010, dernière modification le 2 août 2011.

Par Daniel Grason, Jean Maitron

SOURCES : Arch. AVER. – RGASPI 545.6.1538, BDIC mfm 880/42. – Arch. PPo GA U1. – Marina Gorboff, La Russie fantôme. L’émigration russe de 1920 à 1950, L’Age d’Homme, 1995. – Pierre Broué, Histoire de l’Internationale communiste. 1919-1943, Fayard, 1997.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément