IZARD Alphonse, Barthélémy, Honoré >

Par Jacques Girault

Né le 2 août 1907 à Leuc (Aude), mort le 10 mars 1962 à Mostaganem (Algérie) ; militant anarchiste de Toulon (Var).

Fils d’un domestique-cultivateur, Alphonse Izard occupa à Toulon (Var) divers emplois : machiniste, ouvrier menuisier. Selon la police, il n’avait pas de domicile fixe. Connu sous les pseudonymes de André Dulac, de Georges Évesque, de « Georges », « manager » du club sportif de la FST, l’Étoile sportive, il était le responsable du travail « anti » dans le courant de 1930 où il remplaça dans ces fonctions Pothier*. Le 3 novembre 1931, il fut arrêté et cette affaire occupa les colonnes de la presse (« La propagande communiste dans la marine », Le Figaro, 17 octobre 1931 « Quelle opération policière prépare l’arrestation de Georges Izard* à Toulon ? », l’Humanité, 17 octobre 1931). L’Humanité décrivait alors le complot précédent monté contre quatre matelots de l’Escaut. Izard pouvait, selon le journal, circuler « en toute liberté ». Le rayon communiste du Var l’excluait pour « collusion avec la police », décision annoncée par l’Humanité, le 7 novembre 1931. Détenu à la maison d’arrêt de Toulon, sous l’inculpation « de provocation de militaires à la désobéissance dans un but de propagande anarchiste », il dut comparaître devant le Tribunal correctionnel, le 13 novembre 1931, qui le condamna à dix mois de prison. Le rapport de police indiquait que depuis quelque temps, les communistes locaux se méfiaient de lui et qu’il était « considéré comme un agent provocateur et un indicateur ».

En 1934, Izard reparut au premier plan. Rouge-Midi, hebdomadaire communiste, le 10 novembre 1934, le présenta comme un protégé de Celor. Il faisait partie du comité Diné*. Il déclara alors dans le Petit Var, le 22 novembre 1934 : « J’aurais pu dresser moi aussi un groupe d’ouvriers contre le Parti communiste, mais j’ai préféré vivre isolé et garder ma conscience propre. »

Izard fut interné à Saint-Paul-d’Eyjeaux (Haute-Vienne), le 21 janvier 1941 comme ancien communiste. Transféré en Algérie, il fut libéré le 24 avril 1942.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article90016, notice IZARD Alphonse, Barthélémy, Honoré > par Jacques Girault, version mise en ligne le 2 novembre 2010, dernière modification le 2 novembre 2010.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. Nat., F7/13127, 13164. — Arch. Dép. Var, 4 M 59.4.2, 4 M 59.4.4, cabinet 600. — Presse locale et nationale. — Sources orales. — Renseignements fournis par J.-M. Guillon.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément