ALBRESPY

Militant communiste à Paris ; opposant à la bolchevisation.

Albrespy fut membre du Parti communiste SFIC dès janvier 1921, dans le XIe arr. En février 1921, il était élu à la commission administrative du groupe du quartier Folie-Méricourt.
En octobre 1921, il était membre du Comité de l’École communiste marxiste.

En février 1925, il signa la Lettre des 80 communistes oppositionnels, emmenés par Fernand Loriot. Il était alors membre de la cellule 331 du PC.
En octobre 1925, il fut signataire de la Lettre à l’Internationale communiste, dite Lettre des 250, puis membre du comité de rédaction du Bulletin communiste à partir du n° 12 (8 janvier 1926). Albrespy participa à la fondation du Cercle communiste Marx et Lénine en février 1926 et appartint à sa commission exécutive. A ce titre, il fut l’un des signataires — aux côtés de Marthe Bigot, Pierre Gourget, Boris Souvarine, etc. — de la proclamation du Cercle, « La Révolution russe est en danger » qui fut placardée fin 1927 sur les murs de Paris par les militants de l’Opposition communiste française après la répression qui frappa l’Opposition de gauche en Russie soviétique lors des fêtes du Xe anniversaire de la Révolution.

Début 1928, Albrespy signa une autre protestation contre les déportations de Léon Trotsky et des autres leaders de l’Opposition russe. En 1929, il signa une nouvelle protestation, cette fois contre le bannissement de Trotsky en Turquie.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article90355, notice ALBRESPY, version mise en ligne le 2 novembre 2010, dernière modification le 9 juillet 2019.

SOURCES : Bulletin communiste, 1925-1933. — L’Humanité, 1921. — J. Chuzeville, Fernand Loriot, le fondateur oublié du Parti communiste, L’Harmattan, 2012, p. 225.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément