AMONOT A.

Par Claude Pennetier

Syndicaliste CGT des coiffeurs de la Seine.

A. Amonot
A. Amonot
La CGT, op. cit.

En janvier 1908, un Amonot était signalé comme membre du bureau de La Liberté d’opinion, un comité d’aide aux familles de détenus politiques. Il s’agit vraisemblablement du syndicaliste coiffeur.
Auteurs de deux articles dans La Bataille syndicaliste quotidienne, sur les conditions de travail des ouvriers coiffeurs parisiens, A. Amonot fut signalé, en juin 1912, comme étant le secrétaire provisoire, au moment de sa constitution, du comité intersyndical CGT de l’Alimentation du département de la Seine. Par la suite, son nom n’apparut plus dans ce journal.

Vers 1917, A. Amonot était permanent du syndicat des coiffeurs. Il fut secrétaire fédéral adjoint au début des années 1920 et resta à la CGT après la scission. Cette fédération constituée en 1894, fut dirigée par Pagès et Vignaud.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article90684, notice AMONOT A. par Claude Pennetier, version mise en ligne le 2 novembre 2010, dernière modification le 11 janvier 2022.

Par Claude Pennetier

A. Amonot
A. Amonot
La CGT, op. cit.

SOURCES : Arch. Nat. F7/13693.&#8212. — La CGT et le Mouvement syndical, 1925, p. 360. — La Bataille syndicaliste quotidienne, 16 juin 1911, 7 mai, 19 juin 1912 (BNF Gallica). — Notes de Louis Botella.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément