TOMASI Gaëtan

Par Louis-Pierre Montoy

Né le 16 novembre 1889 à Bône (Annaba), mort le 19 mars 1938 à Bône ; ajusteur mécanicien aux Chemins de fer algériens ; militant communiste ; secrétaire de la cellule communiste de Bône ; participa au congrès constitutif du PCA ; délégué du syndicat CGT des cheminots à la Bourse du travail.

Cellule communiste de Bône au début des années 1930. Gaëtan Tomasi est le troisième à partir de la gauche.
Cellule communiste de Bône au début des années 1930. Gaëtan Tomasi est le troisième à partir de la gauche.
A gauche, portant une caquette, Gabriel Palomba*, secrétaire de la cellule.

Fils aîné d’une famille de six enfants, Gaëtan Tomasi arrêta ses études à la fin de l’école primaire. Combattant de la Première Guerre mondiale, gazé, il fut ajusteur à la fabrique d’allumettes en janvier 1919 où il dirigea la grève de mai 1919, mouvement qui entraîna son licenciement. Mécanicien aux Chemins de fer algériens (CFAE) à Bône, il y anima le syndicat CGTU et fut secrétaire départemental de l’Union des syndicats.

Gaëtan Tomasi occupa une place importante dans les organismes du Parti communiste de cette ville. Il avait commencé par être membre des Jeunesses communistes ; en 1932 il fut secrétaire de la cellule communiste de Bône. En 1936, il participa au congrès constitutif du PCA et devint membre du bureau politique de la section de Bône. Responsable des cheminots communistes, il fut délégué du syndicat CGT des cheminots à la Bourse du travail ; il fut aussi membre de la section bônoise du Secours populaire et de la section bônoise des Amis de l’Union soviétique. Voir Gabriel Palomba dirigeant communiste de Bône.

Malade depuis plusieurs mois, il mourut en mars 1938. Le PCA donna son nom au centre social (ou Centre populaire) dont il s’était occupé à la cité Bona : « centre Gaëtan Tomasi ». La femme de Tomasi était, à cette époque, membre du comité mondial des femmes contre la guerre et le fascisme. Il avait un fils unique, François Tomasi, né en 1909 à Alger, qui fut militant syndical.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article9072, notice TOMASI Gaëtan par Louis-Pierre Montoy, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 14 novembre 2014.

Par Louis-Pierre Montoy

Cellule communiste de Bône au début des années 1930. Gaëtan Tomasi est le troisième à partir de la gauche.
Cellule communiste de Bône au début des années 1930. Gaëtan Tomasi est le troisième à partir de la gauche.
A gauche, portant une caquette, Gabriel Palomba*, secrétaire de la cellule.

SOURCES : Arch. Nat. France, Paris, F7/13 130. — Arch. d’Outre-mer, Aix-en-Provence, 11H36. — Le réveil bônois, 18 mars 1938. — Renseignements communiqués par Yves Tomasi, son petit-fils, le 3 novembre 2014,

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément