ANDRÉ Alfred

Par Yves Le Maner

Né le 27 septembre 1877 à Vicq (Nord) ; mort le 14 janvier 1938 à Arques (Pas-de-Calais) ; commerçant ; militant syndicaliste et socialiste du Pas-de-Calais.

Alfred André commença à travailler très jeune : il n’avait que dix ans lorsqu’il fut employé comme manœuvre verrier à Hirson (Aisne). Ce n’est qu’après son service militaire qu’il parvint, en y passant de longues nuits, à apprendre à lire et à écrire. André s’intéressa très tôt au syndicalisme et à la politique, mais sans assurer de responsabilités avant la Première Guerre mondiale, dans la ville d’Arques (Pas-de-Calais) où il s’était installé. Mobilisé dans l’infanterie, il fut fait prisonnier en 1914 au Bois-des-Caures, près de Verdun, et fut envoyé à Kassel (Allemagne) ; refusant de travailler, Alfred André fut alors interné dans un camp disciplinaire en Russie occidentale. Après une longue captivité qui l’éprouva physiquement, il revint à Arques en 1919, mais ne put y trouver de travail en raison de ses idées politiques et entreprit d’exercer un commerce de porte à porte, puis acheta un cheval et devint haleur de péniches le long du canal de Neufossé. Avec une faible mise de fonds, André créa un commerce de récupération de matériel de guerre et de charbon qui prit très vite une certaine importance. Ayant ainsi assuré sa sécurité matérielle, Alfred André put alors se consacrer entièrement à l’action politique. Élu conseiller municipal en 1912, désigné comme adjoint en 1914, Alfred André avait retrouvé son poste lors des élections municipales de 1919. Propagandiste socialiste d’une région fortement conservatrice tenue en main par le patronat des cristalleries d’Arques, il essaya d’implanter des sections socialistes au niveau local. Candidat du Parti SFIO aux élections législatives de 1924, 1928, 1932 et 1936 dans la 1re circonscription de Saint-Omer, il connut à chaque fois l’échec. Il fut par contre conseiller d’arrondissement de 1919 à 1928 et conseiller général de 1936 à 1938. Mais, c’est surtout sur le plan local, qu’Alfred André marqua sa place dans le mouvement ouvrier du Pas-de-Calais. Désigné comme maire d’Arques en 1929, il modernisa les équipements collectifs de sa commune et mena les grèves de 1936 des ouvriers cristalliers.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article90741, notice ANDRÉ Alfred par Yves Le Maner, version mise en ligne le 2 novembre 2010, dernière modification le 27 avril 2021.

Par Yves Le Maner

SOURCES : Arch. Dép. Pas-de-Calais, M 176, M 177 (avec photographie), M 179, M 182 et M 2373. — Renseignements fournis par le maire d’Arques.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément