AREZKI Brahim

Par Amar Benamrouche, René Gallissot

Employé de commerce à Philippeville [Skikda] (Algérie), puis Constantine ; syndicaliste CGT et secrétaire du PCA pour le Constantinois (Algérie).

Militant communiste de Philippeville, Brahim Arezki, à ne pas confondre avec Arezki Kehal*, entre en avril 1934 au comité de la région communiste du PC. Excellent orateur, il est fiché par la police, en 1939, « sans profession » et « propagandiste actif du communisme ».

En 1944, il est secrétaire du PCA pour la région de Constantine. En 1947, il est secrétaire de l’Union départementale CGT. En 1955, alors qu’il est interné au camp d’Aflou dans le sud oranais, il est un des dix-sept signataires de l’appel à l’unité syndicale qui veut prévenir la constitution d’une union nationale syndicale. L’appel est publié, le 8 décembre 1955, par l’organe de l’UGSA (Union générale des syndicats algériens), Le Travailleur algérien. Brahim Arezki signe comme responsable du syndicat des employés de commerce de Constantine.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article91002, notice AREZKI Brahim par Amar Benamrouche, René Gallissot, version mise en ligne le 29 octobre 2013, dernière modification le 29 octobre 2013.

Par Amar Benamrouche, René Gallissot

SOURCES : Arch. d’Outre-Mer, Aix en Provence, dossier : partis politiques. —Interviews d’A. Ouzegane* et B. Boukort* en 1977 par Jean-Louis Planche. – La Dépêche de l’Est, 30 mai 1944. —Le Travailleur algérien, décembre 1955. — B. Bourouiba, Les syndicalistes algériens, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément