AYATS Jean

Par André Balent, Louis Botella

Né le 16 novembre 1880 à Perpignan (Pyrénées-Orientales), mort le 15 juillet 1954 à Perpignan ; répétiteur de collège ; syndicaliste de l’Enseignement et des Pyrénées-Orientales.

Fils d’un cultivateur originaire d’Argelaguer (province de Gérone en Espagne), Jean Ayats obtint le baccalauréat « série moderne » (lettres et mathématiques) en 1900 et devint répétiteur au collège de garçons de Narbonne (Aude) l’année suivante où il était logé et nourri. Il effectua le service militaire (novembre 1901-octobre 1902). Reprenant son travail à Narbonne, titularisé en 1904, nommé en collège de garçons de Perpignan en 1904, il s’inscrivit comme candidat au certificat d’aptitude pour l’enseignement de l’espagnol en 1903, 1904, 1905, 1907, mais il ne se présenta jamais aux épreuves. Il prétextait vouloir s’inscrire à la Faculté des Lettres de Montpellier puis décida de renoncer à ses projets universitaires. A partir de 1910, il demanda régulièrement un poste en Algérie.

Jean Ayats fut mobilisé du 10 août 1914 au mois d’avril 1919 dans le 44e régiment d’Infanterie coloniale formé à Perpignan. Pendant seize mois, il combattit sur le front de Salonique et fut hospitalisé avant d’être rapatrié.
Il se maria le 29 janvier 1925 à Canohès (Pyrénées-Orientales) avec Lucie, Maris, Joséphine Marcouyre, sans profession, fille d’un régisseur. Le couple eut un enfant.

Jean Ayats fut trésorier du Syndicat national des répétiteurs et répétitrices de collège de France et d’Algérie de 1922 jusqu’au congrès de fusion entre le syndicat des répétiteurs des collèges et celui des lycées, tenu en avril 1933. Il devint alors trésorier adjoint de ce nouveau syndicat. Il démissionna de ses fonctions en avril 1934 — voir Pierre Blau, Paul-Emile Descomps, Jules Dejean, Rallon et Maurice Monnanteuil.
À plusieurs reprises, il avait émis le souhait d’être remplacé dans ses fonctions de trésorier national. Mais à chaque fois, il fut instamment prié par ses collègues de continuer à assumer ce mandat. En 1930, il était membre du comité consultatif et du conseil de discipline de son syndicat.

À la suite de la démission, au début de l’automne 1930, de E. Grand (Sète) de ses fonctions de secrétaire de la section académique de Montpellier, Jean Ayats lui succéda en cumulant la fonction de secrétaire-trésorier régional avec celle de trésorier national.

Ayats, militant du syndicat des répétiteurs du collège de garçons de Perpignan, également affilié à l’UD-CGT, siégeait au comité général de la Bourse du Travail en 1933 et en 1934. Ayats participa également, en 1934, à la commission d’études, du journal, des conflits et de la bibliothèque de la Bourse du Travail de Perpignan. En 1940, l’inspecteur d’Académie notait qu’il avait « perdu l’esprit combatif qui l’animait jadis ». Il prit sa retraite en février 1941.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article91660, notice AYATS Jean par André Balent, Louis Botella, version mise en ligne le 31 mars 2015, dernière modification le 20 septembre 2021.

Par André Balent, Louis Botella

SOURCES : SOURCES : Arch. Nat., F17/24941. — L’Action syndicale, hebdomadaire de la Bourse du Travail de Perpignan et de l’Union départementale des syndicats confédérés des Pyrénées-Orientales, années 1930. — Le Populaire, 22 avril 1922, 7 avril 1923. — Le Peuple, 31 mars 1929. — Le Professeur adjoint, organe du Syndicat national des répétiteurs et répétitrices des collèges de France et d’Algérie, d’avril 1928 à avril 1933 (BNF, Gallica). — Notice DBMOF, tome 17, p. 373. — Notes de Jacques Girault.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément