GACHE André

Par Claude Pennetier

Métayer ; président de la Fédération de défense paysanne du Lot-et-Garonne.

A. Gache fut le promoteur du mouvement revendicatif des métayers qui secoua le Lot-et-Garonne, en 1920. Son village, Clairac, se situe dans la vallée de la Garonne où le mode de faire-valoir dominant était le métayage. Vers mars 1920 (déclaration officielle le 6 juin), il créa dans sa commune un syndicat « de métayers et d’ouvriers agricoles demandant la répartition de la récolte à raison de deux tiers pour le colon, un tiers pour le propriétaire ». L’extension fut rapide : en un mois, 280 paysans s’étaient groupés ; le 15 mai ils réaffirmèrent leurs revendications et demandèrent l’exploitation en commun, sous contrôle du syndicat, des métairies dépourvues de colons et l’acquisition de tracteurs par l’organisation. Les communes environnantes imitèrent Clairac. Le 10 décembre 1920, fut constituée la Fédération de défense paysanne du Lot-et-Garonne dont Gache devint secrétaire général. Son premier congrès se tint le 30 janvier 1921 ; 175 délégués y représentaient soixante-dix syndicats et 5 230 adhérents. La Fédération était fortement influencée par le Parti communiste dont A. Gache était sans doute membre (mais nous n’avons aucune preuve formelle).

Il se prononça dès 1922, pour l’adhésion à la CGTU mais sa proposition fut repoussée, en juillet, par trente mandats contre vingt-neuf et Moret* lui succéda au secrétariat général. En 1923, Dubourg (de Villeton) était secrétaire et Courrèges président. Devant le faible succès de l’action revendicative, la Fédération s’était trouvée réduite à trente-cinq syndicats et deux mille adhérents. Les organisations les plus combatives restèrent, aussi, en mars 1924, dix-neuf syndicats sur trente votèrent l’adhésion à la CGTU. Le nom de Gache disparut ensuite pendant cinq ans ; le sous-préfet de Marmande, dans un rapport du 5 janvier 1925, donne une explication de cette éclipse : « Des dirigeants successifs, Gache et Dubourg, le premier dilapida les fonds qu’on lui avaient confiés et le second, qui comptait se servir de sa situation pour être nommé expert des tabacs, quitta la Fédération après son échec. La Fédération n’existe plus que de nom. » Il convient de marquer quelque réserve devant de telles accusations car aucune autre source ne les confirme.

En septembre 1929, Gache participa à Tonneins au congrès de création de l’Union départementale de la Confédération générale des Paysans travailleurs (CGPT) et fut élu au bureau de l’UD. Il était devenu propriétaire-exploitant.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article91733, notice GACHE André par Claude Pennetier, version mise en ligne le 2 novembre 2010, dernière modification le 24 mai 2021.

Par Claude Pennetier

SOURCES : Arch. Dép. Lot-et-Garonne, cabinet du préfet, dossier n° 8. — Le Travailleur, 1920-1929. — V. Tournayre et J. Gleize, Renaud Jean et le syndicalisme de classe à la campagne, mémoire de maîtrise, CHS — B. Brudno, Recherches sur le Parti communiste et les mouvements de classe des petits paysans en Lot-et-Garonne, mémoire de maîtrise.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément