GALSOMIAS Michel, François, Joseph

Par André Balent

Né à Prats-de-Mollo (Pyrénées-Orientales) le 14 octobre 1877, mort le 22 février 1956 à Prats-de-Mollo ; scieur de long puis hôtelier à Prats-de-Mollo ; radical-socialiste puis socialiste SFIO ; deuxième adjoint (1919-1921) puis premier adjoint au maire (1921-1928) de Prats-de-Mollo ; résistant, membre du réseau de passages et de renseignements "Sainte-Jeanne".

Michel Galsomias était le fils de François Galsomias, scieur de long âgé de quarante ans et de son épouse, Rose Roget, âgée de trente-sept ans. et Rose Roget. La famille habitait une grande commune agro-pastorale et industrielle pyrénéenne du Haut Vallespir, frontalière de l’Espagne.

En 1897, Michel Galsomias était scieur de long comme son père. En 1897, son état de santé — il avait une bronchite chronique et on pensait qu’il pouvait avoir la tuberculose --- motiva son ajournement par le conseil de révision. Déclaré bon pour le service militaire en 1899, il intégra le 2e régiment du Génie le 16 novembre 1899, mais fut renvoyé à ses foyers dès le 21 novembre. Considéré comme guéri en 1901, il fut à nouveau versé dans l’armée d’active le 7 octobre 1901, mais ne fit pas de service miltaire. Avant , 1914, il effectua toutefois deux périodes militaires.

Le 20 novembre 1903, il se maria avec Marie, Joséphine, Françoise Bourges. Il s’établit ensuite comme hôtelier (l’"Hôtel des touristes" de Prats-de-Mollo). Leur fils, Jean Galsomias (1914-1940), instituteur socialiste, fut tué pendant la campagne de France en juin 1940.

Mobilisé le 4 août 1914au 16e bataillon de réserve du Génie, il gagna la zone des armées dès le 3 décembre 1914. Il intégra par la suite le 1er régiment du Génie et fut démobilisé le 30 janvier 1919.

Michel Galsomias se présenta aux élections municipales du 30 novembre 1919 à Prats-de-Mollo sur la liste conduite par le docteur Arsène Guisset. Le 10 décembre 1919, il fut élu deuxième adjoint. Dans la fiche concernant la municipalité de Prats-de-Mollo rédigée par les services préfectoraux à l’issue des élections de novembre 1919, Michel Galsomias était qualifié d’« esprit pondéré. Républicain aux convictions fermes, très estimé dans la commune ». Le 6 février 1921, à l’issue d’une élection municipale complémentaire provoquée par la démission du docteur Arsène Guisset, nommé directeur de l’hôpital psychiatrique de Font-Aurelle à Montpellier (Hérault), Philippe Coromines devint maire de Prats-de-Mollo ; Michel Galsomias fut alors élu premier adjoint.

Michel Galsomias adhéra au Parti socialiste SFIO sans doute lors de la constitution d’une section à Prats-de-Mollo, en août 1922. Il fut réélu premier adjoint le 17 mai 1925. Lors de ce scrutin il se présenta sur une liste socialiste SFIO qui conquit les 21 sièges à pourvoir.

Lorsqu’à la fin de 1928 la SFIO pratéenne fut secouée par une crise (voir Cassu Jean, Coromines Philippe, Sales Jacques), Michel Galsomias resta fidèle à la SFIO. Comme un certain nombre de conseillers municipaux élus ou réélus, en mai 1925 avaient quitté la SFIO et avaient adhéré au Parti communiste, une nouvelle élection municipale (23-30 décembre 1928) trancha le conflit : la liste communiste conduite par Jacques Sales conquit les 21 sièges à pourvoir.

Pendant la seconde Guerre mondiale, Galsomias, avec toute sa famille participa aux activités du réseau "Sainte-Jeanne" qui assura des passages vers l’Espagne (Voir Horte René, Pagès Jean, Puig Coma Pere).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article91963, notice GALSOMIAS Michel, François, Joseph par André Balent, version mise en ligne le 2 novembre 2010, dernière modification le 18 septembre 2018.

Par André Balent

SOURCES :Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 1 R 435 ; 2 M 5 (247) ; 2 M 5 (249) ; 2 M 5 (268 II) ; 2 M 5 (282) : cotes anciennes. — Arch. com. Prats-de-Mollo – La Preste, acte de naissance de Michel Galsomias et mention marginale. — Émilienne Eychenne, Les portes de la liberté. Le franchissement clandestin de la frontière espagnole dans les Pyrénées-Orientales de 1939 à 1945, Toulouse, Privat, 1985, 285 p. [p. 106, p. 215]. — Ramon Gual, Jean Larrieu, Vichy, l’occupation nazie et la Résistance catalane, II a, Els Alemanys fa (pas massa) … temps, Prades, Terra Nostra, 1996, p. 199. — Lettre de M. Pierre Noell, maire de Prats-de-Mollo — La Preste (23 juillet 1982).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément