GAYMAN Jacqueline [née BUREAU, épouse GAYMAN puis TENENBAUM]

Née le 17 mai 1913, morte le 30 novembre 2005 à Six Fours (Var) ; militante communiste ; élue conseillère municipale de Gennevilliers en 1959.

Fille de Marcel Bureau, représentant en tissus, communiste de la première heure et délégué au congrès de Tours, décembre 1920, comme son frère René Bureau, Jacqueline Gayman fut très jeune en contact avec le monde militant. Son père joua un rôle actif au Secours Rouge international, prenant particulièrement en charge le logement et la sécurité des réfugiés antifascistes étrangers. Épouse de Vital Gayman et membre du PC, elle fut chargée d’organiser le service pharmaceutique des Brigades Internationales à Albacete puis créa l’hôpital de convalescence des Brigades à Benicasim.

Rentrée en France en août 1937, Jacqueline Gayman acheva ses études de pharmacie avant de travailler à l’Officine de la coopérative de la Bellevilloise, dans le XXe arr.

Pendant la seconde Guerre mondiale, elle résida à Font-Romeu (Pyrénées-Orientales) où elle acquit une officine de pharmacie. Avec son mari, elle participa aux activités d’une filière de passages clandestins vers l’Espagne, très vraisemblablement liée au réseau Akak de l’OSS (Voir aussi Peyronel Évelyne).

Elle devint conseillère municipale de Gennevilliers en mars 1959, d’abord sans étiquette puis communiste et le demeura jusqu’en 1977. Séparée de Vital Gayman (divorce prononcé par le tribunal de Prades, Pyrénées-Orientales, le 20 avril 1945) elle s’était remariée le 21 octobre 1945 à Font-Romeu (Pyrénées-Orientales) avec Pierre Tenenbaum, frère de Jean Tenenbaum, plus connu sous le nom de Jean Ferrat.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article92639, notice GAYMAN Jacqueline [née BUREAU, épouse GAYMAN puis TENENBAUM] , version mise en ligne le 2 novembre 2010, dernière modification le 23 octobre 2018.

SOURCE : Entretien avec Guillaume Bourgeois. — Notes de Daniel Grason et d’André Balent. — RGASPI, pas de dossier dans le fonds du Komintern.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément